| | radar

Israël veut faire interdire la vente d'ivoire de mammouth pour défendre les éléphants

Mammouth laineux du musée d'histoire naturelle de Bâle | Georgios Kefalas / Keystone

A la conférence de la CITES se tenant actuellement à Genève, ce sont en général les espèces vivantes que l’on cherche à protéger, et non celles déjà éteintes. Pourtant, c’est bien le commerce d’ivoire du mammouth laineux qu’Israël cherche à faire interdire, comme l’explique The Times of Israel.

Pour on vous en parle. Peu de monde est en mesure de distinguer à l’œil nu l’ivoire de mammouth de celui de l’éléphant. Une confusion utilisée par de plus en plus de braconniers et de trafiquants qui font passer l’ivoire du pachyderme actuel, protégé, pour celui de son cousin préhistorique, non protégé, afin de le revendre plus facilement.

link

Lire l'article en entier dans The Times of Israel

| | news

Living libraries to ensure food security

Illustration image | Malcolm Manners / www.flickr.com (CC BY 2.0)

One of the first things to do in the morning is to have a cup of coffee. On average, the Swiss drink more than three cups a day. With more than seven million tonnes per harvest season, the coffee bean is one of the world's most important commodities. Not only passionate coffee drinkers should therefore be concerned about the scientists’ report at the beginning of the year stating that 60 percent of wild coffee plants are threatened with extinction. The study is alarming because important traits are lost, with which the plants react to changes in the environment or which could one day become important in breeding, if genetic diversity shrinks.

Why it matters. There are more than 50,000 edible plants worldwide. However, climate change, habitat loss, invasive species and diseases are increasingly affecting them. A large genetic diversity is advantageous for coping with changing conditions. However, many of our crops are genetically impoverished due to years of breeding for high and uniform yields and other properties valued in agriculture. This makes it more difficult for plants to adapt to new environmental conditions and narrows the scope for growers.

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | radar

Le labo du Moyen-Orient: Israël en 2100 et Bitcoins pour le Hamas

Image d'illustration | Vin JD / Pixabay

Israël en 2100. Comment vivra t-on dans plusieurs décennies? La réponse apportée à cette question par plusieurs universitaires israéliens fait froid dans le dos. Si rien n’est fait pour empêcher, ou du moins ralentir, le réchauffement climatique, les scientifiques prévoient qu’en 2100 la hausse des températures sera tellement importante qu’elle pourrait provoquer des maux de tête généralisés, ainsi que des difficultés à respirer. Haaretz (EN)

Le Hamas se replie sur le Bitcoin. La faction palestinienne considérée comme terroriste par une majorité de pays occidentaux est exclue du système financier international. Pour récolter des fonds, sa branche armée a mis au point un site sur lequel ses donateurs peuvent verser des bitcoins sans risquer de se faire repérer. Des organisations de surveillance du financement du terrorisme notent une augmentation de l’utilisation de la monnaie virtuelle par des organisations terroristes islamistes. The New York Times (EN)

| | hd

Au programme ce mardi sur le Flux Sciences: bibliothèques génétiques et protection des requins

Bonjour et bienvenue sur votre Flux Sciences! C’est moi qui vous accompagnerai aujourd'hui sur Heidi.news. Une remarque, une question? N’hésitez pas à nous solliciter: sciences@heidi.news.

Au programme aujourd'hui:

| | news

Retrait de quinze études soupçonnées d'impliquer des organes de prisonniers chinois

Image d'illustration. | Molly Riley / Keystone

Au cours du dernier mois, les revues scientifiques PLOS ONE et Transplantation ont retiré quinze études d’auteurs chinois portant sur des greffes, selon le site Retraction Watch. Elles soupçonnent que ces travaux aient impliqué l’usage d’organes de prisonniers exécutés.

Pourquoi c’est important. La communauté scientifique internationale pointe régulièrement la Chine du doigt pour ses manquements aux standards éthiques dans la recherche. En février dernier, un article de chercheurs australiens publié dans BMJ Open demandait le retrait de 400 études chinoises soupçonnées d’impliquer les organes de condamnés à mort.

| | interview

Pourquoi l’envie d’achat du Groenland par Donald Trump est loin d’être une lubie

L'ancienne station radar de DYE-2, située au milieu de la calotte polaire du Groenland, et abandonnée en 1988 par les Américains | Olivier Dessibourg

Le président américain Donald Trump a fait fuiter, jeudi dernier dans le Wall Street Journal, son intention d’acheter le Groenland, assimilant son acte à une démarche d’acquisition immobilière. La déclaration n’a pas manqué de surprendre. Mais elle cache bien d’autres intérêts, au delà de l’image de blague qu’elle peut donner.

L’analyse détaillée de Mikaa Mered, professeur de géopolitique des deux pôles à l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI) à Paris.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Un vaccin contre l'allergie aux chats à injecter... aux chats

Image d'illustration | Katinka vom Wolfenmond / Pixabay

Un vaccin rendant hypoallergénique les chats: c’est ce que développe HypoPet AG, une société zurichoise. Testé pour le moment sur une cinquantaine de félins, il permettrait de réduire leur production de la protéine Fed d 1, responsable de cette allergie chez l’homme, comme le raconte Forbes.

Pourquoi on vous en parle. Dix pourcents de la population américaine serait allergique aux poils de chats, principalement à cause de cette protéine. Les premiers tests montrent que les chats ayant reçu le vaccin produisent des anticorps qui luttent contre Fed d 1, ce qui en réduit la concentration dans leur salive. Des questions demeurent cependant sur l’impact que pourrait avoir ce traitement sur la santé de ces félins.

link

Lire l'article en entier dans Forbes (EN)

| | news

Une nuit pour partir à la rencontre des chauves-souris

Le petit rhinolophe fait partie des espèces de chauves-souris menacées en Europe | F. C. Robiller / Creative Commons

Les chauves-souris seront de nouveau à l’honneur à travers toute la Suisse du vendredi 23 au dimanche 25 août selon les régions. Organisée internationalement par Eurobats — le secrétariat de l'accord européen relatif à la protection des Chiroptères – elle est l’occasion d’observer ces petits mammifères volants accompagné d’un expert.

L’enjeu. Exclusivement insectivores, les chauves-souris européennes sont menacées par la disparition progressive de leur habitat ainsi que par la chute des populations d’insectes. Cette Nuit des chauves-souris permet ainsi d’attirer l’attention du public sur ces espèces tout en tordant le cou à certaines idées reçues.

link

Le programme pour la Suisse occidentale
Le programme pour la Suisse orientale

| | radar

Un robot humanoïde russe s'envolera ce jeudi pour la Station spatiale internationale

Robot Humanoïde Skybot F-859 | Roscosmos

Si tout se passe bien, la station spatiale internationale comptera dès jeudi 22 août un nouvel habitant. Rien de plus banal si ce n’est son identité: le robot humanoïde russe Skybot F-859. Il partira pour une mission de six semaines, comme l’explique Ciel et Espace.

Pourquoi on vous en parle. Entre le décollage depuis la Terre et les sorties dans l’espace, l’exploration spatiale est loin d’être sans risque. Skybot F-859 permettra, entre autres, de tester la dernière version du lanceur russe Soyouz sans risquer la vie d’un cosmonaute. Contrôlable à distance, il pourra reproduire les gestes d’un opérateur resté au sol équipé d’un casque de réalité virtuelle.

link

Lire l'article complet dans Ciel et Espace

| | radar

Le labo asiatique: latrines chinoises, queue artificielle, IA dans l'enseignement et camions autonomes

Chen Fen/EPA

Un concours pour soulager les latrines en Chine. Qualité, bas prix et entretien facile: voilà le cahier des charges du concours à l'innovation que la Chine vient de lancer dans le cadre de sa "révolution des toilettes". Le programme, lancé en 2015 pour assainir les sanitaires des lieux touristiques, s'applique aujourd'hui aussi aux campagnes avec une enveloppe dédiée de près de 1 milliard de dollars. Xinhua (EN)

Une queue robotisée pour rester droit. Et si rajouter quelques vertèbres pouvait aider les personnes âgées dans leur mobilité et leur équilibre? Des scientifiques de l'université japonaise de Keio ont conçu une queue robotisée dans cette optique. Embodied Project à l'Université de Keio au Japon (EN)

| | news

Des chercheurs romands exposent pourquoi le cerveau trinque quand le foie va mal

Valérie McLin, Cristina Cudalbu et Olivier Braissant dans le laboratoire du Centre d’imagerie biomédicale à l’EPFL. | Alain Herzog / EPFL

Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs romands publie, ce 19 août, des résultats inédits sur l’encéphalopathie hépatique dans le prestigieux Journal of Hepatology. Ils établissent les liens entre les dysfonctionnements précoces du foie et les atteintes cérébrales.

Pourquoi c’est important. L’encéphalopathie hépatique (EH) est une complication neurologique grave due à l’insuffisance chronique du foie. Elle touche plusieurs milliers de patients en Suisse. Actuellement, il n’existe qu’un seul traitement: la greffe de foie. En comprenant comment et pourquoi le cerveau est atteint, il sera possible de développer des traitements simples à administrer, non-invasifs, bon marché et intervenant tôt dans le développement de la maladie.

| | hd

Au programme ce lundi sur le Flux Sciences: liens entre le foie et le cerveau

Bonjour et bienvenue sur votre Flux Sciences! C’est moi qui vous accompagnerai en ce 19 août sur Heidi.news. Une remarque, une question? N’hésitez pas à nous solliciter: sciences@heidi.news.

C’est aussi un 19 août, en 1960, que le destin de Belka et de Strelka, deux petites chiennes de rue, a décollé. Recueillies par le service spatial de l’Union soviétique, elles se retrouvèrent toutes deux embarquées dans le satellite Spoutnik 5 en compagnie de plantes, de champignons, de mouches, de 40 souris, de deux rats et d’un lapin.

| | news

L’algorithmique confirme le couplage entre le rythme circadien et le cycle cellulaire

Une horloge astronomique à Prague (image d'illustration) | iwishmynamewasmarsha/Creative Commons

Les oscillateurs biologiques répondent aux mêmes lois physiques que les pendules, d’après les travaux de l’équipe de Félix Naef à l’Institut de bio-ingénierie de l’Ecole polytechnique de Lausanne (EPFL). Ces spécialistes ont démontré que l’horloge circadienne, qui traduit l’adaptation du vivant à l’alternance jour nuit, est synchronisée avec le cycle de division cellulaire, ce qui a d’importantes répercussions biologiques.

Pourquoi c’est intéressant. En 1665, le physicien hollandais Christian Huygens a observé que deux pendules placés côté à côté tendent à mutuellement se synchroniser. Ces chercheurs suisses prouvent que les horloges biologiques répondent aux mêmes lois. Cette avancée fondamentale ouvre une nouvelle voie d’étude des cancers.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

Un traitement contre une forme sévère de la tuberculose donne des résultats encourageants

Johannesbourg, où le nouveau traitement contre la tuberculose a été testé. (Image d'illustration) | Gia Conte-Patel / Pixabay

En Afrique du Sud, un nouveau traitement a été testé contre la tuberculose XDR-TB, forme particulièrement sévère et résistante à de nombreux antibiotiques de la tuberculose. Bien que n’ayant été testé que sur une centaine de patients pour le moment, il leur a permis de guérir dans 90% des cas, raconte le New York Times.

Pourquoi c’est important. Cette souche particulière de la maladie, résistante à de nombreux médicaments, se propage rapidement à travers le monde, avec plus de 30’000 cas déjà recensés dans 100 pays. Aujourd’hui, le seul traitement disponible comprend une quarantaine de cachets à prendre quotidiennement pendant deux ans. Il est difficilement supportable avec de nombreux effets secondaires, pour un taux de réussite qui ne dépasse pas les 20%. En effet, de nombreux patients préfèrent l’abandonner. Même parmi ceux qui le suivent jusqu’au bout, seuls 34% survivent.

link

Lire l'article en entier dans le New York Times (EN)

| | question

Pourquoi les manchots s'appellent-ils «penguins» en anglais alors qu'ils sont très différents des pingouins?

Sarah Sermondadaz, journaliste scientifique, répond à la question.

Manchots royaux | Biodiversity Heritage Library

Notre erreur de traduction. On pense maîtriser la langue et savoir appeler un chat, un chat, et un beau jour, patatras! Heidi.news a traduit pinguin par pingouin dans la newsletter quotidienne du Point du Jour, alors que les deux mots, quoique très proches dans leur étymologie, désignent des espèces très différentes. D’où vient cet écart pour le moins confondant? Pourquoi l’anglais diffère-t-il tant du français?

La réponse de Sarah Sermondadaz, journaliste scientifique