Le Flux Sciences propose une sélection d’actualités scientifiques, certaines traitées en profondeur par ses journalistes spécialisés, d’autres, appelées «radars», repérées pour vous dans des médias de qualité.


S'abonner
| | interview

Marinka Zitnik: «l’IA permet d’aborder des problèmes insolubles, comme les interactions médicamenteuses»

Marinka Zitnik à son bureau de Stanford en 2018. | Stanford / L.A. Cicero

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

Marinka Zitnik fait partie de ces jeunes talents du milieu académique dans le champ de l’IA appliquée à la santé. En poste à Harvard depuis peu, après un post-doctorat remarqué à Stanford, la chercheuse s’intéresse aux moyens de faire parler les données pour faciliter la découverte de nouveaux médicaments.

À l’occasion des AMLD 2020, nous l’avons rencontrée pour évoquer notamment un sujet dans le vent: la réorientation de médicaments, qui consiste à identifier de nouvelles indications thérapeutiques pour des molécules déjà sur le marché. Entretien.

| | news

CHEOPS ouvre son capot, et peut enfin scruter les autres mondes de notre galaxie

Willy Benz, chef du projet, montrant CHEOPS, avec en doré le couvercle qui s'est ouvert ce matin à 7:38 CET | DR

C’est plus qu’un simple capot qui s’est ouvert ce matin, à 7:38 CET, dans l’espace. Le satellite CHEOPS, dont la conception a été gérée depuis l’Université de Berne, a vécu son moment de vérité: l’ouverture du couvercle de son télescope, la seule pièce mécanique de cet instrument lancé le 18 décembre 2019 depuis la Guyane.

Pourquoi c’est important. Après des semaines de réglages, les mesures scientifiques peuvent enfin commencer. CHEOPS a pour mission de passer au crible des planètes tournant autour d’étoiles autres que notre Soleil, afin d’en préciser les caractéristiques avec une précision inégalée. Sans ce simple mouvement de l’obturateur, c’est toute la mission qui aurait été perdue.

| | news

Google Maps devient de plus en plus performant grâce à l'IA

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

Au fil des années, Google a perfectionné son outil cartographique au point d'en faire un véritable agrégateur de données. À l'aide d'intelligence artificielle, déjà utilisée dans les précédentes versions, de nouvelles fonctions sont en cours de développement, que ce soit pour mieux évaluer le trafic et les temps de parcours, mais également pour prévenir des catastrophes naturelles et leurs dégâts. Vincent Etter, ingénieur logiciel à Google, détaille les futurs développements de l’application dans la vidéo ci-dessus.

Pourquoi c’est important. De plus en plus de données, privées et publiques, vont être utilisées pour améliorer le produit de Google. Le but est d’être capable de créer des cartes prédictives, notamment pour prévenir des dégâts dûs aux catastrophes naturelles, tels que les avalanches, les inondations ou même les tremblements de terre. Selon Vincent Etter, l’objectif sera aussi de détecter les catastrophes naturelles. Cela passe par l’analyse de «l’évolution de la nature et détecter ses changements». Concernant le trafic, d’autres données pourraient également être traitées par les algorithmes de Google, liées à la météo ou à caractère événementiel. À noter qu’il est possible de vérifier quelles données sont utilisées par Google et d’en personnaliser l’accès.

| | news

Pourquoi la traduction reste un défi pour l'intelligence artificielle

La pierre de Rosette, utilisée par Champollion pour décrypter les hiéroglyphes | Camilla Hoel/Flickr/Creative Commons

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

Demain, sera-t-il inutile d’apprendre une langue étrangère grâce aux algorithmes de traduction automatique? Depuis 2018, ce qu’on appelle les «algorithmes de traitement du langage naturel», qui permettent aux machines de découper et interpréter le langage, connaissent un essor inédit. Mais les défis demeurent nombreux, surtout en matière de traduction, où le traducteur professionnel continue de délivrer de bien meilleures performances que la machine…

Pourquoi on en parle. C’est dans le domaine de la vision artificielle (par exemple, pour identifier les différentes personnes d’une photographie) que les performances de l’intelligence artificielle ont été le plus médiatisées. Le traitement du langage est une question, sous bien des aspects, beaucoup plus difficile à appréhender pour les algorithmes auto-apprenants. Illustration à l’occasion d’une table-ronde aux AMLD.

| | radar

Les couleurs voyantes rendent cet insecte presque invisible

Bupreste. Photo: Pixabay

Les buprestes sont bleus, verts, orange, violets et brillent au soleil. Intuitivement, on pourrait penser que la chance d’être découvert par un prédateur est plus élevée. C’est tout le contraire comme l’ont constaté des chercheurs de l'université de Bristol. Une étude à découvrir dans la NZZ.

link

NZZ

| | news

Le créateur de l'IA qui prédit l'orientation sexuelle s'explique sur la fin de la vie privée

Image d'illustration | Ars Electronica

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

L’ère des réseaux sociaux et du microciblage sur internet marque-t-elle la fin de la vie privée? Oui, avance Michal Kosinski, professeur de l’Université de Stanford. Formé en psychologie à Cambridge, et plus particulièrement en psychométrie, il est de ceux qui très tôt ont perçu la valeur prédictive, en termes de profilage individuel, des traces que chacun laisse sur internet, avant Cambridge Analytica. Son approche: il défend des publications audacieuses (voire provocantes) comme une façon d’alerter le public, tout en assumant une posture résolument optimiste envers la technologie. Heidi.news l’a rencontré à l’occasion des Applied Machine Learning Days, à Lausanne.

Pourquoi c’est polémique. Le chercheur a connu la controverse: il a notamment publié en 2017 des travaux montrant comment utiliser le machine learning pour détecter l’orientation sexuelle de quelqu’un à partir de sa photographie. A ceux qui l’interrogent sur la dimension éthique de l’IA, le chercheur oppose un enthousiasme désarmant. Il balaye: «Je n’ai rien inventé, j’ai assemblé des technologies qui existaient déjà pour informer le public. Trop souvent dans l’histoire, on tue le messager.»

| | news

Comment le monde de l'aviation exploite de plus en plus l'intelligence artificielle

Premier décollage automatique d'un avion de ligne, le 18 décembre 2019 | Airbus

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

Il y avait bien un pilote dans cet avion-là. Mais à part mettre les gaz en début de piste, il n’a rien fait, sinon regarder, tout au plus. Et l’avion a décollé entièrement seul. Cette scène s’est passée le 18 décembre 2019 à Toulouse, à bord d’un Airbus A350, qui s’est donc élevé dans les airs en monde entièrement automatique. Une première!

Pourquoi c’est déterminant. Cet exploit illustre l’importance aujourd’hui déterminante des systèmes d’automatisation dans les avions. Or ce n’est là qu’un des domaines du secteur de l’aviation où l’intelligence artificielle (IA) et surtout le machine learning jouent un rôle primordial. Petit survol non exhaustif, à l’occasion d’une session des AMLD2020.

| | news

L’investissement dans les start-up suisses a bondi à 2,3 milliards de francs en 2019

Image d'illustration. | Gaëtan Bally / Keystone

Les start-up helvétiques ont levé 2,3 milliards de francs en 2019, un nouveau record. Par rapport à 2018, la progression atteint 86%, indique le Swiss Venture Capital Report. Cette hausse impressionnante s’explique notamment par cinq tours de financement de plus 100 millions de francs. Le secteur des technologies de l’information et de la communication (ICT) se distingue, avec 1,2 milliard de francs. Les jeunes pousses des biotechnologies ont quant à elles récolté 625 millions de francs.

Pourquoi c’est intéressant. Lors de la première publication du rapport en 2012, le montant total des levées de fonds était de 316 millions de francs. Les investissements ont depuis connu une progression constante, avec une augmentation particulièrement marquée en 2018.

| | interview

Pourquoi il faut se méfier des prédictions de l’IA en biomédecine

Pixabay / Nvodicka

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days 2020, qui se tiennent en ce moment à l’EPFL. En déplaçant notre rédaction sur le site de l'événement, nous vous en proposons une couverture approfondie.

Gavin Brown est professeur de machine learning à l’université de Manchester. Invité aux AMLD 2020 à propos de la thématique de l’IA et de la santé, ce spécialiste a évoqué la fiabilité limitée des modèles prédictifs et la nécessité pour les experts d’y prendre garde. Une intervention en forme d’avertissement quant aux promesses du machine learning. Entretien.

Heidi.news – Qu’est-ce que la reproductibilité et en quoi est-ce important?
| | news

La délicate entrée de l'IA sur le front de l'humanitaire

Un convoi du CICR en Syrie.| AP ICRC / Keystone

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

Les promesses de l’intelligence artificielle séduisent les organisations humanitaires. Elles voient dans l’usage de ces nouveaux outils une opportunité pour rendre leur action dans des zones ravagées par la guerre ou les désastres naturels plus efficace. Mais les acteurs présents sur le terrain se montrent très prudents, notamment car les données nécessaires au développement de modèles sont particulièrement sensibles.

Pourquoi c’est important. Les besoins d’assistance humanitaire, provoqués essentiellement par des conflits et des événements climatiques extrêmes, ne cessent d’augmenter. Selon un rapport des Nations unies publié en décembre 2019, environ 168 millions de personnes dans le monde seront concernées 2020. Le montant des financements nécessaires atteindra 28,8 milliards de dollars.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Six façons (parfois inattendues) dont l'IA peut nous aider à faire face au changement climatique

Modélisation de courants océaniques (image d'illustration) | Nasa

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

Les méthodes de machine learning, souvent utilisées en intelligence artificielle, empruntent beaucoup aux outils statistiques utilisés depuis longtemps par les chercheurs pour modéliser les phénomènes physiques, et en particulier le climat. En retour, ces technologies, conjuguées à l’apparition de nouvelles sources de données, permettent de mieux comprendre les interactions entre le climat et des systèmes humains extrêmement variés. Le point en six exemples plus ou moins surprenants.

Pourquoi il y a du nouveau. D’un côté, on peut désormais appliquer des méthodes de machine learning de pointe à des problèmes anciens. De l’autre, on peut aussi déployer des approches plus traditionnelles, aujourd’hui volontiers utilisées dans d’autres domaines, au service de la question climatique. La transition climatique est indubitablement l'un des enjeux majeurs de notre époque, ce qui justifie (et implique!) d’y appliquer les outils de pointe dont on dispose aujourd’hui… même s’ils n’ont rien d’une solution magique.

| | news

Quand Snowden partage son optimisme sur l'avenir de la cybersécurité

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

Aux AMLD de l’EPFL, Edward Snowden a répondu à une série de questions après sa prise de parole à distance de ce lundi 27 janvier. En réponse aux questions posées par l’organisateur, l'épidémiologiste numérique Marcel Salathé, le lanceur d’alerte américain et expert en cybersécurité s’est exprimé sur l’avenir qu’il voit pour les données en ligne et la menace qui plane sur le futur de la vie privée. Et, aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est de l’optimisme qu’il en ressort. L’essentiel de sa réponse est à retrouver dans la vidéo ci-dessus.

La réponse en détails. Si Ed Snowden s’est montré encourageant face à l’avenir des données personnelles, c’est avant tout grâce aux différentes prises de conscience des jeunes qui sont «les personnes qui réagissent le plus par rapport à la vie privée». Toutefois, selon Snowden, ces derniers auraient le sentiment de «ne rien pouvoir faire pour changer le comportement de Facebook». Des jeunes qui n’ont pour l’instant «pas d’alternatives pour se connecter», mais qui n’ont pas d’autres choix que «d’avoir avoir une présence en ligne».

| | radar

Une start-up israélienne assure pouvoir ralentir la diffusion du coronavirus

Un agent de sécurité dans les rues désertées de Pékin. Photo: Keystone

Chaque jour, le nombre de victimes du coronavirus augmente. Pourtant, une entreprise israélienne assure pouvoir aider à combattre le virus en envoyant en Chine des mètres de tissus anti-pathogènes pour fabriquer des masques ou des vêtements de protection.

Comment ça marche. Le procédé, développé au sein de l’université Bar-Ilan, s’appuie sur la cavitation, une technique qui imprègne les tissus de nanoparticules d’oxydes de zinc, censées ensuite bloquer la propagation des maladies.

link

The Jerusalem Post

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

Des champs de panneaux solaires au Burundi

Des panneaux solaires de Gigawatt Global au Rwanda. Photo:Gigawatt Global

Dès cette semaine, 115’000 mètres carrés de panneaux solaires vont être installés par l’entreprise hollandaise Gigawatt Global dans les environs de Gitega, la nouvelle capitale du Burundi, un pays parmi les plus pauvres du monde.

Pourquoi c’est important. A terme, le projet, qui devrait augmenter de 15% la production énergétique du Burundi, bénéficiera à 87’000 habitations. Cinq ans plus tôt, un projet similaire avait permis à près de 15’000 Rwandais d'avoir de la lumière chez eux.

link

Times Of Israël

| | radar

Création d’un quartier de l’innovation dans la «Silicon Valley» d’Israël

L'institut de biotechnologie à l’université Ben Gourion du Néguev.

Déjà surnommée la «Silicon Valley» d’Israël, la ville de Beer Sheva, au sud du pays, se dotera bientôt d’un nouveau quartier spécialement dédié à l’innovation, dont feront notamment partie l’université Ben Gourion du Néguev et un centre informatique de l’armée.

A quoi ça ressemble. Sur le modèle du quartier de Poblenou à Barcelone, ses architectes veulent en faire un lieu favorable au développement des start-up et autres incubateurs.

link

Globes