| | radar

La lutte finale contre la polio à un tournant difficile, le nouveau vaccin faisant débat

Vaccination contre la polio en Inde | Wikkicommons/CDC

Alors que la polio n’est plus confinée que dans deux pays (le Pakistan et l’Afghanistan), la lutte finale contre cette maladie invalidante est à un tournant: le vaccin introduit il y a trois ans au niveau mondial montre certaines limites et pourrait induire une nouvelle révision de la stratégie global, explique un article important de STATnews.

Le problème. L’ancien vaccin abandonné il y a trois ans contenait une partie protégeant contre le poliovirus de type 2, déclaré en principe éradiqué en 2015. Ce vaccin pouvait induire des paralysies dans certains cas. Les autorités ont donc jugé non éthique de maintenir ce vaccin, pourtant très efficace. Or le poliovirus de type 2 semble avoir été retrouvé dans certaines parties de l’Afrique, plaçant l’OMS devant un dilemme : réutiliser l’ancien vaccin, avec son défaut majeur, ou continuer selon l’actuelle stratégie avec le nouveau vaccin. Des débats ont lieu en haut lieu.

link

Lire l'article sur STATnews (EN)

| | news

Revivez les conférences des portes ouvertes de l'EPFL

Le campus de l'EPFL, au bord du lac Léman.

L'EPFL fête ses 50 ans cette année. L'école a également ouvert ses portes. Maladies rares, animaux dans la recherche ou l'impact des nouvelles technologies sur la santé de demain, revivez des tables rondes passionnantes.

| | news

L’université de Fribourg lance son master en médecine

Cours d’anesthésiologie donné à l'Hôpital fribourgeois. | Alexandre Bourguet / HFR

Ce vendredi 13 septembre, l’Université de Fribourg, en collaboration avec l’Hôpital fribourgeois et le Réseau fribourgeois de santé mentale, inaugure le bâtiment qui accueillera la première volée d’étudiantes et d’étudiants du master en médecine humaine. La section Médecine de la Faculté des sciences et de médecine ouvre cette formation à quarante personnes la semaine prochaine.

Pourquoi c’est important. Face à la pénurie de médecins de famille dans le canton de Fribourg, le Conseil d’Etat et le Grand Conseil ont accepté en 2016 de créer ce cursus complet. Une nécessité: Fribourg ne compte que 0,61 médecin de famille pour 1000 habitants, contre 0,94 dans le reste du pays.

| | radar

Une étude frauduleuse cosignée par des Suisses proposait un traitement miracle contre la malaria

Image d'illustration | Parskeeze / Pixabay

Chlorite de sodium, acide citrique et artémisinine, telle serait la recette de la Malachlorite, un remède sensé avoir des effets exceptionnels contre la malaria d’après une étude de 2018 parue dans GSC Biological and Pharmaceutical Studies. Sauf que, comme le raconte Le Temps, cette étude a été depuis retirée par l’éditeur pour fraude sur les résultats. Deux suisses aux affiliations académiques douteuses se retrouvent dans les co-auteurs.

Pourquoi c’est grave. La malaria tue chaque année plus de 400’000 personnes selon l’OMS. Entre des tests et résultats inventés de toute pièce, un processus de relecture trop court, un fort risque sanitaire pour toute personne ingérant cette solution et des intérêts financiers suspects, les auteurs jouent ici avec les espoirs importants liés à de nouveaux traitements contre cette maladie.

link

Lire l'article dans Le Temps

| | news

La course mondiale pour le diagnostic précoce du choc septique se joue à Lausanne

Culture de bactéries | Shutterstock

L’entreprise lausannoise Abionic annonce ce vendredi 13 septembre la réussite d’une étude internationale permettant de diagnostiquer le sepsis (appelé septicémie par le passé) de manière précoce. Ces essais cliniques à grande échelle ne sont pas encore validés, mais les recherches menées sont prometteuses. Urgence médicale vitale, le sepsis nécessite une prise en charge rapide pour augmenter les chances de survie des patients.

Pourquoi on vous en parle. Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de lutte contre le sepsis. L’occasion de rappeler que, dans le monde, environ une personne meurt toutes les 3,5 secondes suite à un sepsis ou à un choc septique. Soit quelque neuf millions de morts par an. Cette maladie a été reconnue comme problème de santé publique majeur en mai 2017 par l’OMS.

| | radar

L’administration Trump veut interdire les cigarettes électroniques aromatisées

Fumeur de cigarette électronique à Biddeford, dans le Maine, aux Etats-Unis | Robert F. Bukaty / Keystone

L’administration Trump a annoncé mercredi qu’elle envisageait d’interdire les cigarettes électroniques aromatisées. Elle souhaite ainsi contrer «l’épidémie» de vapotage qui touche les jeunes. Le développement de la nouvelle réglementation prendra plusieurs semaines, précise le site StatNews.

Pourquoi c’est important. Cette décision intervient alors que les autorités sanitaires américaines ont identifié 450 personnes souffrant de pathologies pulmonaires aiguës liées à la cigarette électronique. Ces troubles auraient provoqué le décès de six personnes.

link

Lire l'article de StatNews

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Des médicaments anti-cancer fonctionnent bien, mais sans viser les cibles tumorales prévues

Cellule de sein cancéreuse | National Cancer Institute/Wikkicommons

Certains médicaments développés pour lutter contre le cancer montrent une efficacité certaine, mais semble-t-il en ciblant d’autres éléments cellulaires tumoraux que ceux contre lesquels ils ont été développés, explique le magazine Science. Les scientifiques s’en sont aperçus en ôtant de cellules test ces fameuses cibles présumées, ceci grâce à la technologie CRISPR, qui permet d’éditer facilement tout code génétique.

Pourquoi c’est important. Observer une efficacité d’un médicament, mais alors qu’il a été imaginé pour une autre cible, permettrait justement d’améliorer encore les traitements, en trouvant la cible réelle de ces produits anticancéreux: ce sont les portes qu’ouvrent cette nouvelle étude publiée le 11 septembre dans Science Translational Medicine.

link

Lire l'article dans Science

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | news

Cette puce reconstitue le développement embryonnaire

Image d'un embryon humain à quelques jours de développement | Creative Commons

L’éthique et les difficultés techniques freinent la compréhension fine des mécanismes qui contrôle le développement des embryons humain. Dans une puce microfluidique, une équipe américaine a reproduit les quatre premiers jours d’un embryon humain. C’est une avancée technologique cruciale pour étudier les phases primordiales du développement embryonnaire, qui a été présentée dans Nature.

Pourquoi c’est important. Pour l’instant, la science ne dispose pas des bons outils pour étudier le développement embryonnaire précoce. L’éthique protège la manipulation des embryons humains et le développement des embryons de souris diffère de celui des primates. Or mieux comprendre ce phénomène est très important pour la médecine, en particulier pour espérer lutter contre les fausses couches.

| | radar

Les thérapies cellulaires de pointe du professeur qui soigne Michael Schumacher à Paris

Photo : Max Nash/AP

Lundi, Le Parisien révélait que Michael Schumacher était arrivé à Paris dans une ambulance immatriculée à Genève pour être hospitalisé à l'hôpital Georges Pompidou et suivre un mystérieux traitement. Pourquoi Michael Schumacher a-t-il quitté le canton de Vaud pour se faire soigner en France? Le quotidien parle de «perfusions de cellules-souches diffusées dans l'organisme afin d'obtenir une action anti-inflammatoire systémique». De son côté, Sciences et Avenir précise, grâce à un article d’archives, l’approche médicale pionnière utilisée par le Pr Philippe Menasché, entre les mains duquel se trouve l’ancien pilote.

Pourquoi c’est intéressant. Ce n’est pas la première fois que le professeur Menasché fait des merveilles. En 2014, il avait implanté un patch contenant des cellules dérivées de cellules souches dans le cœur d’une femme de 68 ans, explique l’article. L’enjeu était de rétablir la contraction des cellules cardiaques endommagées par un infarctus.

link

Lire l'article publié sur le site de Sciences et Avenir

| | radar

Le labo alémanique: économies de sang, diagnostic des maladies mentales et antibiorésistance

Keystone / Gaetan Bally

Comme chaque semaine, retrouvez la sélection dans l’actualité scientifique alémanique de notre correspondante à Zurich.

L'Hôpital universitaire de Zurich fait des économies de sang. Les transfusions sanguines sont coûteuses et risquées parce qu'elles peuvent perturber le système immunitaire du receveur. En quatre ans, l'USZ a réussi à économiser 40% de sang. Medinside (DE )

| | news

«Le burn out est un terrain en friche qui se prête bien aux études scientifiques»

Image d'illustration | Christian Beutler / Keystone

Ce mardi 10 septembre se tient à Lausanne la conférence «Comprendre et prévenir le burn out». Le syndrome d’épuisement dû au stress prolongé n’est pas une pathologie reconnue médicalement. L’OMS l’a classé comme «syndrome lié au stress chronique au travail» dans sa onzième révision de la Classification internationale des maladies (CIM-11) le printemps dernier. La Suisse, de son côté, considère cette affection comme une dépression à charge de l’assurance-maladie.

Pourquoi on vous en parle. Le monitoring du stress mené par Promotion Santé Suisse en 2018 signale que 27,1% des actifs du pays sont exposées au risque d’épuisement professionnel et 30% sont épuisés émotionnellement. Cela représente des coûts pour l’économie s’élevant à 6,5 milliards de francs. Une facture salée qui augmente d’année en année.

| | news

Le «supercooling», une approche inédite pour conserver les organes transplantables plus longtemps

Préparation d'un greffon | Jeffrey Andree, Reinier de Vries et Korkut Uygun.

Une équipe de l’École de médecine Harvard, à Boston, a conçu un protocole pour conserver des foies en attente de greffe à -4°C, sans les détériorer. Avec cette technique, les greffons humains pourraient être conservés 27 heures, soit trois fois plus longtemps que les délais actuellement mesurés aux Etats-Unis. Ces résultats prometteurs sont publiés dans Nature Biotechnology.

Pourquoi c’est intéressant. Alors que les besoins en transplantations augmentent d’année en année, mais pas le nombre d’organes disponibles, améliorer les conditions de conservation des greffons est une voie intéressante pour augmenter le nombre d’organes disponibles. De bons résultats ont déjà été obtenus pour le rein, et désormais pour le foie.

| | analyse

Les végétariens sont-ils vraiment exposés à un risque d'AVC accru?

Giuseppe Arcimboldo/L'été | Domaine public

Une étude britannique publiée le 4 septembre s’intéresse au risque de maladie coronarienne et d’accident vasculaire cérébral, en fonction du régime alimentaire (incluant de la viande, uniquement du poisson ou strictement végétarien). Alors que de nombreux médias en ligne ont retenu de ses conclusions que le régime végétarien était dangereux car faisant courir un risque accru d’accident vasculaire cérébral (AVC), les choses sont en réalité beaucoup plus nuancées.

Pourquoi c’est important. Le poids du régime carné dans notre empreinte carbone est avéré: un kilogramme de viande de bœuf, par exemple, émet 27 kg de CO2, selon le dernier rapport de la FAO. Bon pour la planète, le régime végétarien est encore l’objet de controverses, entre bienfaits ou carences supposées.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | opinion

Pourquoi la translation des découvertes biologiques en nouvelles thérapies est-elle aussi lente?

Martin Schwab.

Martin Schwab est professeur en neurosciences à l’Université de Zurich et professeur émérite à l’EPF de Zurich. Il fut aussi vice-président de l’ASSM (recherche/relève).

Dans les sciences de la vie, les communiqués de presse publiés par nos universités concluent fréquemment par: «Ces nouvelles connaissances ouvriront la voie à de nouvelles thérapies prometteuses contre le cancer du sein, la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer, etc.»; la phrase peut être complétée à loisir. En Suisse, nous occupons bel bien des positions de leader dans d'importants domaines de recherche et cela se reflète dans les classements de nos universités, facultés et instituts.

Or, si l’on considère tout cela d’un autre point de vue, celui de la médecine clinique, on obtient une image bien différente: le transfert des découvertes biologiques en nouvelles thérapies est lent. Mais nos universités disposent-elles seulement des structures nécessaires?

| | radar

Une thérapie à base de cellules souches fait débat au Japon

Image d'illustration | Oregon Health & Science University / Keystone

Au Japon, un nouveau traitement à base de cellules souches pour la réparation de la moelle épinière, après que celle-ci a été sectionnée lors d’un accident, aurait dû réjouir la communauté médicale. Il n’en est rien, d’après le site Undark. Au contraire, les autorités l’ayant validée se sont vu reprocher de vouloir aller trop vite, dans une course internationale visant à approuver les thérapies le plus rapidement possible.

Pourquoi c’est important. Les cellules souches sont vues comme une voie potentielle pour nombre de traitements. Dans le cas présent, plusieurs médecins internationaux se sont opposés à l’utilisation de cette thérapie pour laquelle les preuves en matière d’efficacité et de sûreté seraient manquantes. Les autorités japonaises l’ont en effet autorisée après seulement une courte période de test. Mais au nom de la liberté des patients de choisir eux-mêmes leurs thérapies, beaucoup ne souhaitent pas voir ce traitement interdit.

link

Lire l'article dans Undark (EN)