Illustration Anaïs Lou pour Heidi.news

Petits clubs entre amis

Très nombreux à Yverdon, les clubs-services mettent tous en avant leur démarche philanthropique et leur soutien aux associations de la région. Impossible pourtant de ne pas s'interroger sur leur rôle dans la création des réseaux informels qui influencent le développement de la deuxième ville vaudoise. Car ces cercles fermés, bien souvent méconnus du grand public, préfèrent rester discrets quant à l'identité de ceux qui en font partie. Une chose est sûre, leurs membres sont triés sur le volet.

Yverdon, son château, ses bains et son bout de lac. Voilà pour la carte postale. Mais à force de scruter la deuxième ville du canton, un autre élément apparaît dans le décor: son nombre impressionnant de clubs-services. En parallèle de la rumeur persistante soupçonnant l'existence d'une caste de chefs d'entreprises privilégiés par la Ville (lire épisode 2), certains observateurs pointent les réseaux informels qui se créent au sein de ces cercles fermés regroupant patrons et cadres.

Sans être exhaustif, on en dénombre près d'une dizaine dans la cité thermale: Le Cercle, fondé en 1775 et possédant un magnifique bâtiment à la rue du Lac 10, le Kiwanis, consacré à l'aide à l'enfance, le Rotary Club, le Lions Club, qui compte plus de 1,4 millions de membres à travers le monde, le Lions Club Azur, le Zonta Club et le Soroptimist, tous trois réservés aux femmes, le Panathlon, la Table Ronde 27, etc.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous