Au fond, un journal dans les mains, Gaudenz Looser, le rédacteur en chef de 20 Minuten, parfois décrit comme le «journaliste le plus dangereux de Suisse». Dessin: Berto Martinez pour Republik et Heidi.news
Tamedia Papers | épisode № 10
Acheter la revue imprimée

20 minutes, l’enfant prodige de Pietro Supino

L’acquisition du gratuit est un coup de maître, qui permet à Tamedia de dominer le marché de la presse. Aujourd’hui, le média le plus influent de Suisse innove en matière publicitaire et bénéficie d’investissements dont rêverait la presse payante. C’est Wall Street contre le Bronx. Avec près de 3 millions de lecteurs en Suisse chaque jour, 20 Minutes a pulvérisé tous les records. Et pourtant, la confiance dans ses contenus s’effrite, et des concurrents vont apparaître.

On l’a vu dans les épisodes précédents, les rédactions ne sont plus ce berceau sur lequel se penchent, émerveillées, les fées de TX Group. Elles sont plutôt des centres de coût, appelées à marcher seules pendant que le reste du groupe court devant. Il y a pourtant une exception très importante: 20 Minutes.

20 Minutes, 20 Minuten ou 20 Minuti: quelle que soit la langue, ce titre gratuit est l’enfant prodige du groupe. Au point qu’il constitue, avec ses six marques, une entreprise autonome au sein de la holding TX Group, dotée d’un conseil d’administration.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous