Image d'illustration. | Pixabay

Dans nos loisirs, la surveillance se nourrit de notre besoin de tout mesurer

Publié le 26 septembre 2022 13:59. Modifié le 27 septembre 2022 16:44.

L’histoire démarre sur une bonne intention. Celle du Pentagone qui, en 2013, décide de distribuer 2500 bracelets connectés Fitbit aux militaires américains afin de freiner l’obésité dans les rangs de l’armée. De la Syrie à l’Irak en passant par le Niger, les soldats américains passent le temps en faisant le tour de leur caserne. L’affaire prend une autre tournure en 2018 lorsque le monde découvre l’existence et la localisation précise de bases militaires américaines secrètes en Syrie.

Un coup de WikiLeaks? Non. La faute à l’application Strava, qui permet de comparer ses performances sportives et ses itinéraires préférés de footing, par exemple en utilisant les données d’un bracelet connecté comme… Fitbit. En longeant les murs de leur caserne dont l’emplacement devait rester secret défense, les soldats ont révélé le pot au rose.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter