Surveiller la glace ne l’empêchera pas de fondre

New York, début du printemps, cinq mois après l’éruption. Maintenant que Florence sait qu’Alix n’est pas là, elle veut retourner en Suisse. Mais les avions ne volent plus depuis que le volcan a bouleversé le climat mondial (et les programmes politiques). A l’aire de l’internet à deux vitesses, le vieux téléphone en bakélite de Jacob, avec son cadran rotatif et son cordon torsadé, ne l’aide pas beaucoup dans ses démarches.

Qui d’Alix ou de l’Amérique l’a le plus enfumée? Depuis le départ de Daria ce matin, Florence rumine. Face au mur de sa chambre, elle voit pour la première fois ce que Jacob contemple sans rien dire depuis des mois. Une folie. Elle s’est laissée griser par le jeu. Qu’elle ait perdu, ça, elle peut encore l’accepter. Ce qui la fait rager, c’est le temps gâché. Tout ce qu’elle a manqué. L’automne en Suisse, les mélèzes qui flambent, les randonnées avec sa mère. Alix en Europe. Elle n’a plus aucune raison de rester ici.

Enfiler un pull, redescendre au salon, faire chauffer de l’eau. Autour d’elle, cet espace devenu familier. Le piano muet, la table ronde avec les restes du déjeuner, les fenêtres battues ce matin par une grêle légère. Avant son départ, il faudra à tout prix qu’elle fasse une playlist avec toutes les chansons du jukebox.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous