Quel slogan contre «Make America white again»?

On retrouve nos jeunes réfugiés climatiques suisses à New York au début du printemps, cinq mois après l’éruption. La situation politique se tend. Les «White Refugees» européens prennent le job de milliers d’Américains et les autorités continuent de surfer sur la vague volcanique pour blanchir la population.

Assise dans le bus, elle vérifie l’itinéraire sur les cartes schématisées collées aux parois. Deux heures de trajet, elle y sera avant dix heures. Ça irait plus vite à vélo, mais elle connaît mal cette partie de la ville. Elle n’a pas averti le magasin. Elle a vaguement réfléchi à une excuse pour s’absenter, de la fièvre, des règles douloureuses. Ils verront bien qu’elle n’est pas là. Les clients se débrouilleront pour ouvrir la porte eux-mêmes. Peut-on se faire virer d’un job qu’on est obligée d’avoir ?

Nora lui a envoyé un nouveau mail cette nuit. Elle aimerait la revoir, savoir ce qu’elle compte faire pour Alix. Florence lui répond qu’elles peuvent se retrouver plus tard, en fin de journée. Elle est un peu empruntée par le mode de communication, sans téléphone il faut tout repenser. Mais la réponse de Nora est immédiate et expéditive. « OK. »

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.