Tous les sens en éveil

Dimanche 17 janvier, comme chaque matin, je me rends sur le pont supérieur, entre chien et loup. Pour voir la lumière se faire jour autour de nous. Je suis souvent le seul debout, avec les hommes du crew.

Pas ce matin. Charlie est déjà sur le pont. Pieds ancrés au sol, coudes vissés sur la bouche d’aération et jumelles au poing. Il scrute l’horizon.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous