«La défaillance des Etats est la raison de la création de SOS Méditerranée»

SOS Union Européenne! Première partie de mon grand entretien avec Sophie Beau, cofondatrice de SOS Méditerranée.

Septième jour de quarantaine, 7h du matin, Marseille s’éveille doucement. La fenêtre de ma chambre ouvre sur un ensemble d’immeubles, une église en fond pour tout horizon. Dans un amoncellement de barres encore endormies quelques lumières se font jour, comme des étoiles de vie dans un ciel trop gris. Une grue découpe le ciel et éclaire l’ensemble. En contrebas, une dizaine d’ouvriers s’affairent sur un chantier, un immeuble est en construction, remplissant le dernier espace vide, ils montent des murs et des structures, inlassablement.

Une autre fenêtre avec l’extérieur s’ouvre sur mon bureau, ce matin j’ai rendez-vous avec Sophie Beau pour un entretien. Sophie est la directrice de SOS Méditerranée, qu’elle a créé voici 6 ans, avec Klaus Vogel. Nous avons pris le temps d’une discussion fleuve, débridée et éclairante, comme un phare dans la nuit pour mettre en lumière cette situation en Méditerranée centrale.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous