Le temps de fuir

Sortie à Porto Empedocle pour notre BD Reporter, ville où les bateaux humanitaires sont à quai. En cette soirée d'été, deux mondes y coexistent: celui des vacanciers qui profitent de la fête foraine estivale et celui des migrants qui escaladent les barbelés pour fuir leur camp.«Les mondes s’entrechoquent en regardant de côté.»

Nous sommes le 31 juillet, à Porto Empedocle, Sicile.

L’Ocean Viking brille dans la douce lumière de fin d’après-midi. Mille gilets de sauvetages ont été installés sur le pont supérieur, les trois rafts de secours sont prêts à tourner et les bananes, longs boudins gonflables de 16 mètres équipés de ligne de vie, parées à être lâchés en un coup de manivelle. Nous n’avons pas chaumé durant ces deux derniers jours et maintenant le navire est fin prêt pour assurer sa mission première: chercher et secourir.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous