Julia, un rapport de taille

Je me balade sur le pont désert, le «Deck», au milieu des conteneurs aménagés pour soigner et abriter les migrants. Le soleil est déjà haut et l’ombre des tôles offre un peu de fraicheur.

Julia se trouve dans les conteneurs des hommes. Forcément désert depuis le débarquement des 180 personnes le 7 juillet à Porto Empedocle.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous