Le glacier du Tsanfleuron, dans le massif des Diablerets, avec la Quille du Diable en arrière-plan à droite, 23 août 2022. | Heidi.news / Sandra Pernet

Quand les démons dansent la gigue aux Diablerets

Terrain de jeu des démons à 3000 mètres d’altitude, le glacier des Diablerets est l’emblème du village éponyme. On dit que les diables et les âmes damnées s’y affrontent dans des joutes qui provoquent éboulements et avalanches – et sèment la mort dans les vallées qui bordent le massif. Au mois d’août, pour la première fois depuis environ 2000 ans, le col du Tsanfleuron a émergé de la glace, tandis que disparaît sous nos yeux le glacier qui a nourri un tel folklore. Le réchauffement climatique va-t-il raviver ces légendes assoupies au creux des cimes?

Publié le 30 août 2022 05:55. Modifié le 14 septembre 2022 14:37.

A cheval entre les cantons de Vaud et du Valais, le glacier des Diablerets a pendant longtemps été un lieu de transhumance et d’échanges. Les paysans des vallées valaisannes passaient par le glacier afin de commercer avec les vallées vaudoises et bernoises – et inversement.  Le Tsanfleuron, le plus grand des huit glaciers qui composent le massif des Diablerets, a même été utilisé comme un des premiers aérodromes, car il est totalement plat. Ce passage était déjà pratiqué à l’époque romaine!

Mais les disparitions n’y étaient pas rares. L’histoire de ce couple de Valaisans disparu en 1942 et retrouvés 75 ans plus tard avec la fonte du glacier, l’illustre bien. Le glacier a longtemps été un objet de crainte et de respect.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter