Le recul du glacier du Gorner au-dessus de Zermatt pourrait laisser la place à un nouveau barrage dès 2024./Alpiq
Acheter la revue imprimée

Remplacer les glaciers par des barrages?

Des glaciers en voie de disparition, cela veut dire moins d’eau. Donc moins d’électricité produite. Dans les Alpes, l’heure est déjà à l’adaptation.

Publié le 01 novembre 2022 12:10. Modifié le 02 novembre 2022 17:43.

L’année 2022 préfigure-t-elle le futur ? Cet été, des retenues comme celles de Gebidem ont dû déverser les trop-pleins apportés par la fonte accélérée du glacier d’Aletsch. D’autres, comme Salanfe, étaient au contraire quasiment à sec, faute de précipitations, et de glaciers en amont.

Les installations hydro-électriques fournissent deux tiers de l’électricité de la Suisse. Leurs ressources proviennent essentiellement des précipitations. Quand celles-ci sont faibles, la production énergétique des barrages baisse: 17% d’électricité en moins de janvier à juillet 2022. Jusqu’ici, cet effet a été compensé par la fonte accélérée des glaciers. Mais demain?

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter