Photo officielle prise sur le site de Fabienne Fischer (DR)

Fabienne Fischer: «Je vais continuer à dire que les choses complexes sont complexes!»

Née en 1961, Fabienne Fischer est candidate des Verts à l’élection complémentaire du 7 mars au Conseil d’État de Genève. L’avocate n’a, sur sa gauche, que le candidat du Parti du travail, tandis que la droite part en ordre dispersé, avec l’UDC Yves Nidegger, le PLR Cyril Aellen, le Vert-libéral Michel Matter et l’indépendant Pierre Maudet, qui a remis en jeu son siège après avoir été privé de dicastère par le collège. Unique femme à se présenter, Fabienne Fischer est logiquement la favorite de cette élection, même si son manque d’expérience politique et sa faible notoriété ne plaident pas en sa faveur.

Elle ne le nie pas, mais répond qu’«aucun parcours ne prépare à cette fonction». En lieu et place, elle se concentre sur un programme, résolument orienté sur l’écologie, mais qui n’occulte pas ses incidences sur l’économie. Face à la crise, elle met en garde contre l’inaction, qui pourrait se révéler bien plus coûteuse à long terme.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous