Pierre Maudet devant le Tribunal de police ce mercredi 17 fevrier 2021. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

«Aucune circonstance atténuante pour Pierre Maudet»

Le procès est hors norme, mais les débats sont mornes. La défense de Pierre Maudet aurait sans doute souhaité qu’ils prennent une tournure plus enflammée, plus politique, afin de s’engouffrer dans la brèche et dénoncer l’instrumentalisation de la justice dans le sillage des piques lancées sur Twitter par l’avocat Me Grégoire Mangeat. Manifestement, le Ministère public ne souhaite pas offrir cette possibilité au Conseiller d’État et aux quatre autres prévenus.

On en est où? Durant les deux premiers jours de ce procès, le premier procureur Stéphane Grodecki s’est montré sobre: pas de coups d’éclat, pas d’intervention intempestive lors des interrogatoires et des questions brèves, posées calmement. En irait-il différemment au moment de prononcer son réquisitoire? La réponse est négative. Son propos est concis, clinique, juridique. Il sermonne les prévenus à tour de rôle et égrène les reproches avec fermeté, durant un peu plus de deux heures.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous