Patrick Baud-Lavigne suivit de Pierre Maudet reviennent au palais de justice après une pause lors du premier jour du procès pour acceptation d'avantage devant le Tribunal de police, ce lundi 15 fevrier 2021 a Genève. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

«A Genève, tout est donc une affaire de copinage?»

Ce lundi 15 février, en marge du procès de Pierre Maudet, l’acte d’accusation a également fait état de violations du secret de fonction à l’encontre de l’ancien chef de cabinet du magistrat, Patrick Baud-Lavigne. Ce dernier aurait transmis des informations secrètes qu’il aurait obtenues en sa qualité de haut fonctionnaire de l’Etat. L’accusé conteste vivement une quelconque violation du secret de fonction.

De quoi on parle? Un point de l’acte d’accusation du Ministère public reproche à Patrick Baud-Lavigne d’avoir intentionnellement transmis via quatre messages à Antoine Daher (qui est lui aussi sur le banc des accusés dans l’affaire de l’Escobar et du financement du voyage à Abu Dhabi) des informations qui portaient sur des procédures individuelles traitées par l’administration.

Cet article est réservé aux abonnés.