Une jeune recrue israélienne. Illustration: Dimitri Procofieff pour Heidi.news

A quoi rêvent les jeunes Israéliens la nuit avant leur recrutement dans l'armée

Etat dans l’Etat, Tsahal est aussi le plus grand cabinet de ressources humaines du pays, effectuant une grande partie du travail de recrutement du secteur privé qui n’a qu’à regarder le passé militaire des candidats pour s’en faire une idée. Non seulement elle sélectionne drastiquement sa main-d’œuvre, mais elle lui inculque, pendant deux à trois ans, un savoir-faire et un savoir-être précieux pour les entreprises.

Publié le 30 mars 2022 05:55. Modifié le 08 avril 2022 12:24.

Il est cinq heures du matin. L’aube douce de Galilée a gagné la chambre de Noa après une nuit bien agitée. Aujourd’hui, la jeune Israélienne passe des tests qui détermineront sa place dans l’armée. Un enjeu particulier pour la blondinette aux jeans troués. Elle ne peut échouer, car elle est la fille cadette de Rami Ben Efraïm, le général de l’armée de l’air et patron de start-up rencontré dans le premier épisode de cette Exploration.

  • Est-ce que je me suis suffisamment préparée? Comment vais-je gérer le stress? Pourvu que je ne déçoive pas mon père!

«Voilà ce qui m’obsédait juste avant la journée de sélection», raconte-t-elle, étalée dans le canapé cossu du salon de ses parents.

Et puis on passe à table

Son témoignage permet de saisir l’importance cruciale de Tsahal pour les jeunes Israéliens. Dans l’Etat Hébreux, servir dans l’armée est un rite de passage vers l’âge adulte. La préparation à ce moment initiatique commence tôt: les enfants ont l’habitude d’offrir des bonbons et des dessins aux soldats lors de la fête de l’Indépendance; la présence des uniformes et des armes dans l’espace public est banalisée. Dès la prime jeunesse, le message est clair: «un jour, tu deviendras toi aussi un défenseur d’Israël», renforcé par chaque fête juive ou nationale. Le psychologue israélien David Senesh, ancien prisonnier de guerre de l’armée égyptienne ayant survécu à la torture, résume ainsi le procédé:

«Le déroulé est toujours le même. Les juifs sont menacés d’extinction, ils sont sauvés par l’intervention divine… et puis on passe à table.»

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous