Dessin: Didier Kassaï pour Heidi.news

Le jour où Bluetooth amena un cardiologue dans chaque village camerounais

Avec 60 cardiologues pour 25 millions d’habitants, se faire diagnostiquer une maladie cardiovasculaire au Cameroun relève du parcours du combattant, surtout en brousse. Mais le Cardiopad, une petite mallette blanche connectée inventée par le camerounais Arthur Zang, pourrait bien tout changer. Avec elle, patients et cardiologues n’ont plus forcément besoin de se rencontrer.

Publié le 19 août 2020 17:15. Modifié le 27 août 2020 14:32.

Son cœur palpite et s’emballe, chaque jour depuis dix ans. Peut-être même depuis quinze ou vingt ans: voilà bien longtemps qu’Hélène Meka Meke Akoa a cessé de compter les années rythmées par la fatigue et le souffle court, parfois coupé, que lui inflige son vieux cœur. «Quand ça n’allait pas, mes enfants me conduisaient chez le rhumatologue ou chez un généraliste, parce qu’ils sont faciles d’accès [...] On me prescrivait un électrocardiogramme mais à chaque fois, on cédait au découragement», raconte-elle.

Du haut de ses 72 printemps, cette femme au foyer camerounaise n’a jamais eu la force physique ni les moyens financiers de se rendre à Yaoundé, la capitale, pour se faire diagnostiquer par un cardiologue. Son village se situe à plus d’une centaine de kilomètres de là. Fin 2018, les palpitations cardiaques se sont accélérées. Hélène Meka Meke Akoa a dû quitter en urgence son village pour arriver à l'hôpital d’Abom, un quartier reculé bordant l’Est de Yaoundé. Mais aucun cardiologue n’y travaillait.Hélène Meka Meke Akoa:

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter