L'archevêque de Milan Mario Delpini lors des commémorations de la Libération au grand cimetière de Milan le 23 avril. EPA/MOURAD BALTI TOUATI
Milan aux temps du coronavirus | épisode № 33
Acheter la revue imprimée

Milan fête la Libération mais attend toujours son déconfinement

Beaucoup de Milanais espéraient que la fête de la Libération, le 25 avril, coïnciderait avec la fin du confinement. Le gouvernement italien n'a pas voulu courir le risque: la vie normale ne reprendra pas avant le 11 mai. Certains commerçants s'y préparent déjà, mais  d'autres restent enfermés dans la peur de la contagion.

Le 25 avril, en Italie, on célèbre la Libération. On devrait ajouter «de la dictature fasciste», mais il n'est pas nécessaire de le préciser: parmi toutes les commémorations et les cérémonies dans lesquelles ce pays désaccordé et en colère tente de retrouver son unité, la fête de la Libération est la seule qui nous tient vraiment ensemble.

En tout cas nous, les non-fascistes… Il y a quelques jours, un ancien ministre, admirateur du Duce, a demandé à ce que la fête du 25 avril soit dédiée cette année aux victimes de Covid-19. L’occasion était trop belle de réviser la mémoire historique, mais la proposition est rester lettre morte.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.