Des livreurs attendent de recevoir des commandes devant les célèbre colonnes de Saint-Laurent à Milan. Photo: Gabriele Galimberti / Riverboom
Milan aux temps du coronavirus | épisode № 21
Acheter la revue imprimée

Ce qui est utile et ce qui ne l'est pas en période de confinement

Sex-toy, vinyle, bougies ou paquet de pâtes... On n'a pas tous les mêmes besoins en période de confinement. D'ailleurs, les supermarchés et les plateformes de vente en ligne comme Amazon ne se font pas la même idée de la «première nécessité». Gea, notre correspondante à Milan, fait le tri pour nous.

Je l’avoue: j'ai utilisé Amazon.

Après avoir passé des années à écrire sur les abus commis par cette entreprise, le futur dystopique qu’elle prépare et les énormes dégâts socio-économiques qu’elle fait, j'ai commandé sur Amazon. Et pas une couverture pour me réchauffer la nuit ou des médicaments: non, j'ai acheté un vinyle de Jeff Buckley.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous