JJ Sun, l'un des plus grands importateurs de produits asiatiques d’Italie, pose dans l'une de ses boutiques du quartier chinois de Milan.
Milan aux temps du coronavirus | épisode № 10
Acheter la revue imprimée

Terrifié comme un Chinois en Italie

«La façon de faire à l’italienne va nous tuer», met en garde JJ Sun, 30 ans, Italien d'origine chinoise. Les gens «ne font pas ce qu'on leur dit de faire, et le gouvernement a mis trop de temps à réagir. C'est la faiblesse de la démocratie», a-t-il confié à nos journalistes, Gea, 40 ans, début de fièvre, température 37,2 et Gabriele, 42 ans, température 36,4.

Son visage rond est presque entièrement recouvert par un masque. JJ Sun en porte en permanence et en garde 500 stockés chez lui: assez pour protéger sa famille pendant les prochains mois. Il en garde même dans ses poches… Mais ceux-là sont pour nous, qui venons l’interviewer, au cas où nous n’en aurions pas ou ne respecterions pas les règles de distanciation, comme trop de ceux qui l’entourent. Et ces masques-là sont à lui rendre après.

«Je suis Italien de naissance, Chinois de deuxième génération, confie JJ Sun. J’ai des amis italiens, je mange italien, je suis allé dans des écoles italiennes. Mais cette façon de faire à l’italienne va nous tuer.»

Cet article est réservé aux abonnés.