Massimo Galli, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Sacco de Milan, est en première ligne face à l'épidémie.
Milan aux temps du coronavirus | épisode № 09
Acheter la revue imprimée

«Dans une guerre, les hôpitaux sont à l’arrière et c’est en ville qu’on gagne la bataille»

Il faut éviter à tout prix que le virus se répandent dans Milan. Si c'était le cas, les services de santé n'y resisteraient pas, comme à Bergame. D'ailleurs, certains dénoncent leurs voisins qui quittent trop souvent la maison. Toute la ville est supendue aux lèvres d'un homme, Massimo Galli, infectiologue qu'ont rencontré nos journalistes Gea, 40 ans, mal de gorge, température 36,7, et Gabriele, 42 ans, symptômes grippaux légers, température 36,6.

La bataille de Milan a commencé.

C'est ce que disent les médecins, comme si on était à Mossoul, sous les bombes.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.