Un malade échange avec ses proches à l'hôpital de Brescia. (Sergio Cattaneo/Brescia Spedali Civili via AP)
Milan aux temps du coronavirus | épisode № 14
Acheter la revue imprimée

Milan est aussi la capitale de la peur, de la solitude et du chômage

Fiévreuse et vraisemblablement infectée par le coronavirus, Gea, notre correspondante à Milan, reçoit toute la journée sur son téléphone des messages d'angoisse. Ils racontent la tragédie qui se joue en Italie. Celle des malades et d'un pays abimé par le confinement. Gabriele Galimberti, le photographe, a lui aussi de la fièvre. Il ne sort plus mais choisit pour nous des images faites par d'autres.

Je suis enfermée chez moi avec un appareil pour réguler la quantité d’oxygène qui entre dans mes poumons.

Mon téléphone portable est la seule chose qui me relie au monde extérieur. Et les messages que je reçois racontent tous, à leur manière, la tragédie qui se joue dans mon pays. Tragédie dont on ne mesure pas encore l’ampleur, qui s’enrichit chaque jour de nouveaux fragments, de drames humains, de drames sociaux, de cette angoisse qui imprègne l’air contaminé de notre ville et de milliers d’autres.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.