Le premier jour de quarantaine pour la ville de Milan et toute la Lombardie, la place devant l'emblématique Duomo est moins fréquentée que d'habitude, mais pas aussi déserte que les autorités l'auraient souhaité. Cependant, il y a encore beaucoup de monde autour et certains touristes jouent avec les pigeons, résidents permanents de la place. Gabriele Galimberti / Riverboom
Milan aux temps du coronavirus | épisode № 01

A Milan, une quarantaine qui n'en a pas encore l'air

Milan, 8 mars 2020, premier jour du confinement général de la Lombardie et d'une partie de la Vénétie, 15 millions d'habitants. Etat de nos reporters: Gea, 40 ans, un peu froid, température: 36,9 °C. Gabriele, 42 ans, aucun symptôme de grippe, température: 36,8 °C. Pour l'instant, l'insouciance semble dominer, sauf pour ceux qui, dans la nuit de samedi à dimanche, ont pris d'assaut les trains vers le sud pour échapper à la zone rouge.

Autant le dire d’emblée:  si nous autres Milanais devions inspirer le reste du monde, alors nous sommes tous fichus. Nous, vous, Milanais, Lombards, Italiens, Suisses, Français, Européens.

Nous l'avons compris dès le premier jour, à quatre heures l’après-midi, ce dimanche d’Armageddon, jour de l'ultime combat entre le bien et les forces du mal, en montant sur le toit du Duomo, la cathédrale emblématique de Milan. Le circuit touristique n’était pas fermé, alors que nous étions entrés dans la quarantaine la plus sévère qu'une capitale occidentale ait jamais connue en temps de paix, du moins sur le papier.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.