Eleonora Rizzardini, 26 ans, est la responsable de la communication de l'hôpital Sacco de Milan, spécialisé dans les maladies infectieuses. Son obsession est de réfuter les fausses nouvelles sur le COVID-19 qui circulent sur les réseaux sociaux. Gabriele Galimberti / Riverboom
Milan aux temps du coronavirus | épisode № 04
Acheter la revue imprimée

A Milan, la foire aux fausses nouvelles

Avant-hier, la grosse crainte était que le virus reste jusqu’à trente minutes dans l'air et puisse être projeté à trois mètres. Aujourd'hui, on espère que la vitamine C soit suffisante pour se protéger. Rien n'est vrai, seule se vérifie la panique qui croît chaque jour. Sauf chez la jeune Eleonora Rizzardini, de l’hôpital Luigi Sacco, qui vérifie toutes ces infos pour les journalistes. Comme les deux nôtres: Gea, 40 ans, quintes de toux, température de 36,9 et Gabriele, 42 ans, aucun symptôme grippal, température de 36,7.

Jour après jour, une profusion d’informations. Certaines annoncent que l’on pourrait être sauvé du coronavirus, d’autres donnent véritablement la chair de poule.

Elles encombrent WhatsApp; elles se glissent dans la voix des amis qui téléphonent pour relayer ce qu’ils ont entendu à la radio; elles s’étalent avec force en majuscules sur Facebook, comme de véritables bulletins d’agences de presse.

Cet article est réservé aux abonnés.