Extrait de la série "Jumpi" de Gabriele Galimberti. Ici, au dessus de la pyramide de Khéops. Le canton de Vaud, avec 12 millions de tonnes par an, produit en déchets l'équivalent de 3 de ces pyramides. Photo: Galimberti.

Le grand final: les pyramides vaudoises disparaissent. Abracadabra!

Dernier épisode de notre série. Où l'on parle enfin du prix du mètre cube de sable extrait et du mètre cube de déchets à remblayer. Les entreprises gagnent sept fois plus que les paysans qui leur confient leurs terres. Pourquoi ça marche, pourquoi ne se révoltent-ils pas?

Pour ce dernier article, nous sommes de retour du côté d’Ollon. Olivier Pittet mène la négociation pour lui et ses collègues agriculteurs dont les champs recèlent d’importantes réserves de sable. Pour eux, le groupe Orllati a mis les petits plats dans les grands. Les paysans ont tous été reçus individuellement par Avni Orllati en personne, au siège du groupe à Bioley-Orjulaz, puis dans un bon restaurant. Olivier nous décrit le patron:

«Avni Orllati? Un mec bien, pas très jovial mais sérieux, qui parle peu. Bon, il a une Mercedes démesurée, le genre de bagnole qu’on n’achète pas pour la conduire soi-même, mais c’est un mec avec qui on peut discuter.»

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous