Tombereau Volvo A60H au quartier général du groupe Orllati, Bioley-Orjulaz. Photo: Claude Baechtold

La course au trône de sable

Après avoir découvert à quel point le sable est désormais une ressource stratégique, plus rentable que le pétrole, nous avons vu que le géant LafargeHolcim a coiffé au poteau l'ambitieux Orllati pour exploiter le gisement monstre de Ballens, près de Morges. Mais Orllati n'a pas dit son dernier mot. Visite au cœur de sa forteresse, où piaffent les grosses machines.

Au début de la série Game of Thrones produite par HBO, les membres de la maison Lannister, riche et décadente, festoient dans le château des Starks. Mais les téléspectateurs se doutent bien qu’il ne faut pas sous-estimer le modeste JonSnow, relégué aux écuries.

En 1995, Holcim en est à sa quatrième génération de frères Schmidheiny qui roulent sur l’or. Les jumeaux Avni et Basri Orllati, eux, alors âgés de 21 ans, manient la pioche sur un chantier de Bussigny. Ils projettent d’acheter en leasing une petite machine à concasser le béton pour fonder leur société. Vingt-cinq ans plus tard, le groupe Orllati SA emploie 850 personnes pour un volume d’affaires annuel de CHF 200 millions, soit déjà presque 1% de LafargeHolcim, numéro 1 mondial du béton.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous