Olivier Pittet et Michel Kropf, les deux agriculteurs à l’origine de la réception “surprise” des émissaires Orllati à l’Abbaye de Salaz. Ils posent devant les champs concernés par le projet de gravière. Photo: Claude baechtold

Des paysans en embuscade, sur le front de l’est

Deux émissaires de la maison Orllati avaient rendez-vous en mars avec les paysans de la Gryonne, dans l’est vaudois. Ils vont leur proposer de creuser entre 30 et 60 mètres de profondeur sous leurs champs, pour extraire du sable. Cela va rapporter, par hectare, davantage que de cultiver du blé pendant une vie entière. Orllati est pressé, il faut signer de suite. Une offre difficile à refuser et pourtant, les agriculteurs sont divisés.

Revenons maintenant au début de notre premier épisode. Nous en étions à Ollon le matin du 11 mars 2020, avec Monsieur Jean-Daniel Dubois, ancien hydro-géologue cantonal et son binôme, Monsieur Emmanuel Crausaz, ancien lutteur fédéral, agriculteur et administrateur d’Orllati Environnement SA. Nous savons maintenant qu’ils forment l’avant-garde du Groupe Orllati et que leur mission est de mettre la main sur le sable et le gravier du gisement de la Gryonne.

Les cartes vaudoises le définissent avec précision, et Jean-Daniel Dubois les connait bien. Quand il était géologue cantonal, il a participé à l'élaboration de ces cartes dans le cadre du Plan directeur des carrières (PDCar) 2014, juste avant de prendre sa retraite.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous