Maki Namekawa interpréte la première sonate pour piano du compositeur Philip Glass avec des images générées par une intelligence artificielle. Crédit : Tom Mesic

Linz, la ville métamorphosée par l’art numérique

Lancé en 1979, le festival Ars Electronica consacré à la convergence entre les arts, les technologies et la société a transformé la ville autrichienne de Linz. Les arts numériques y jouent un rôle identique à celui de la contre-culture cinématographique à Los Angeles ou musicale à Londres. Un modèle inspirant mais qui comme toute l’économie numérique atteint la crise de la quarantaine.

Adolph Hitler ?!? Pour expliquer la complète transformation de Linz, la troisième ville d’Autriche, l’historienne d’art digital Jutta Schmiederer a cette référence inattendue. Venu il y a deux ans pour voir ce qui est non seulement la plus ancienne (40 ans) mais la plus influente manifestation d’arts numériques du monde, le festival Ars Electronica, je n’avais jusque-là pas prêté attention à ce sinistre fantôme.

Cambridge Analytica avant Cambridge Analytica

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous