Maki Namekawa interpréte la première sonate pour piano du compositeur Philip Glass avec des images générées par une intelligence artificielle. Crédit : Tom Mesic

Linz, la ville métamorphosée par l’art numérique

Lancé en 1979, le festival Ars Electronica consacré à la convergence entre les arts, les technologies et la société a transformé la ville autrichienne de Linz. Les arts numériques y jouent un rôle identique à celui de la contre-culture cinématographique à Los Angeles ou musicale à Londres. Un modèle inspirant mais qui comme toute l’économie numérique atteint la crise de la quarantaine.

Publié le 23 octobre 2019 11:20. Modifié le 29 octobre 2019 15:27.

Adolph Hitler ?!? Pour expliquer la complète transformation de Linz, la troisième ville d’Autriche, l’historienne d’art digital Jutta Schmiederer a cette référence inattendue. Venu il y a deux ans pour voir ce qui est non seulement la plus ancienne (40 ans) mais la plus influente manifestation d’arts numériques du monde, le festival Ars Electronica, je n’avais jusque-là pas prêté attention à ce sinistre fantôme.

Cambridge Analytica avant Cambridge Analytica

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter