Lors de la conférence “Collectionner au 21e siècle” organisée par Lombard Odier, Frédéric de Sénarclens a fait la démonstration du potentiel de la réalité augmentée à des collectionneurs comme Sylvain Levy et Etienne Verbist. Crédit: Art Market Guru

«Le marché de l’art est structuré comme au 19e siècle, mais il est sur le point d’être bouleversé»

Marchand d’art, Frédéric de Senarclens a créé des galeries à Genève puis à Singapour avant de basculer dans la vente d’art en ligne il y a quatre ans. Il opère via la galerie de ventes d’art contemporain sur internet ArtAndOnly et deux sites: ArtAndCollect, une place de marché pour collectionneurs et «Art Market Guru» qui informe sur les nouvelles technologies dans l’art. Selon lui, la convergence entre art et tech est une aubaine pour la place financière suisse. Explications.

Où les nouvelles technologies ont-elles le plus gros impact dans l’art selon vous?

Ces dix dernières années ont vu l’émergence de plates-formes, d’agrégateurs d’information et de galeries d’art en ligne. Cependant, les rapports entre les acteurs du marché de l’art n’ont pas été radicalement bouleversés. Le marché de l’art reste l’un des derniers bastions de l’économie à n’avoir pas été impacté par les nouvelles technologies. Ceci dit, je pense que dans les cinq prochaines années, nous observerons un changement radical dans notre manière de gérer et d’échanger de l'art. Les tiers de confiance que sont les marchands, les consultants et les maisons de vente aux enchères vont devoir s'adapter à un nouvel ensemble de règles. De nouveaux acteurs vont apparaître et certains vont disparaître. Des technologies telles que la blockchain, la réalité virtuelle, la réalité augmentée et l’intelligence artificielle vont jouer un rôle prépondérant dans la restructuration de l'industrie de l'art.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous