Pierluigi Sacco lors de la conférence Vision for European Cultural Heritage 2025 en mai 2018, à Varna, Bulgarie. Crédit : Sebastiaan ter Burg

«Il est de plus en plus difficile de distinguer producteurs et utilisateurs de culture»

Professeur d'économie de la culture à l'Université Internationale des Langues et des Médias de Milan, professeur invité à Harvard et conseiller spécial du commissaire européen à l'éducation et à la culture, Pierluigi Sacco est un pionnier de la recherche sur les politiques culturelles et les industries culturelles et créatives. Pour Heidi.news, il explique son point de vue sur la transformation culturelle à l'ère numérique.

Comment les nouvelles technologies influencent-elles la culture?

Il y a une tendance naturelle à penser que la production et la consommation culturelles sont principalement influencées par l'innovation technologique. C'est une erreur. C’est l'innovation sociale qui les influencent en premier. Par exemple, la transition de ce que j'appelle la Culture 1.0 à la Culture 2.0, l'ère du mécénat à celle du divertissement, a commencé avec la révolution industrielle. Elle a entraîné l'urbanisation et, à partir de là, une demande massive d'accès à la culture qui a donné naissance à l'industrie du divertissement. Cette industrie avait besoin de nouvelles technologies pour offrir des contenus reproductibles. C'est ce qui a stimulé l'innovation dans les domaines de la photographie, du cinéma, de la radio, de la musique enregistrée, etc.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.