Avec Melting Memories de l’artiste Refik Anadol, les signaux de la mémoire captés par le laboratoire de neurologie de l’Université de Californie sont interprétés par une intelligence artificielle pour représenter l’acquisition de souvenirs.

Avec l’intelligence artificielle, l’artiste ne crée plus une œuvre, il crée la création*

Dans l’art, l’intelligence artificielle (IA) est mise à contribution pour détecter des faux ou prédire des tendances. Mais dans un monde de plus en plus assisté par l’IA, elle investit aussi tous les champs de la création. Au point de devenir une forme d’imagination artificielle capable de produire du sensible? En créant des machines qui créent, c’est la question que posent de plus en plus d’artistes.

Pendant quarante ans, Wolfgang Beltracchi a peint de fausses toiles de Raoul Dufy, de Georges Braque, de Max Ernst… Des tableaux qu’avec l’aide de sa femme Hélène, ce faussaire aux allures de hippie mondain a ensuite vendus pour des dizaines de millions, bernant les plus grands experts. Wolfgang Beltracchi et son épouse seront finalement arrêtés en 2010 par la police allemande et condamnés par la justice à Cologne l’année suivante (ils vivent libres et en Suisse aujourd’hui).

Mais ce qui est sans doute la plus grande escroquerie de l’histoire de l’art ne s’arrête pas là.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.