Illustration: Anne-Gaelle Amiot pour Heidi.news
Acheter la revue imprimée

«Yves Bouvier était comme une montgolfière, il ne touchait plus terre»

Où l’on découvre le décollage économique vertical d’Yves Bouvier, grâce aux marges réalisées sur les ventes à Dmitry Rybolovlev. Du coup, le Genevois investit tous azimuts, y compris en Angola et en France, avec des individus peu recommandables. Il mène aussi grand train avec des bateaux, des voitures de collection, un jet privé et de l’immobilier de luxe, à Paris et à Genève, comme en mimétisme avec son oligarque de client. Son talent et son ardeur pour dénicher des chefs-d’œuvre n’ont pas leur pareil, mais sa loyauté est à géométrie variable. Il joue ainsi double jeu dans le divorce du couple russe, allant jusqu’à aider à tendre un piège à Elena Rybolovleva à Chypre.

En cette fin d’année 2008, Dmitry Rybolovlev a beau figurer à la 59e place des hommes les plus riches de la planète, avec une fortune estimée à 12,8 milliards de dollars, il se sent las et comme poursuivi par le mauvais sort. Le 22 décembre, sa femme, exaspérée par ses infidélités à répétition, a demandé le divorce après 21 ans de mariage. Les avocats ne vont pas tarder à venir chercher la moitié de ses biens, au nom du partage des acquêts. Elle n’a pas embauché le plus mauvais d’entre eux: c’est le redoutable Marc Bonnant, ténor du barreau genevois et rhétoricien hors pair, qui s’apprête à la représenter.

Un mois plus tôt, Dmitry Rybolovlev était convoqué à Moscou. Un scandale lié à sa compagnie de potasse Uralkali le rattrape. En 2006, une source d'eau est apparue dans une de ses mines, qui s’est effondrée, créant un trou béant en dessous de la ville de Berezniki et obligeant 12 000 personnes à quitter leur foyer. Sur le moment, les autorités concluent à un désastre naturel d’origine géologique. Sous pression de l’opinion publique, le vice-premier ministre russe Igor Setchine décide deux ans plus tard de rouvrir l’enquête et pose la question de la responsabilité financière de l’entreprise. Le patron d’Ouralkali craint que la Russie n’envoie une demande d’entraide à la Suisse.

Pour protéger ses biens du Kremlin et de sa femme, Dmitry Rybolovlev va sortir des Ports Francs de Genève tous les tableaux achetés par le truchement d’Yves Bouvier. Il y en a déjà pour près de 580 millions de francs suisses. «Il me demande conseil pour entreposer ses biens à l’étranger, nous raconte l’intéressé. Je propose Singapour et Londres. Je me charge de toute la logistique, je protège ses biens. D’un coup, je ne suis plus un simple fournisseur, je deviens le gardien du temple». De cette période, Bouvier déclare laconiquement que «des affidavits m’étaient demandés dans tous les sens». Le mari comme la femme veulent qu’il atteste de ce qu’il a fait pour eux.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.