L'une des galeries du tunnel de base du Lötschberg en cours de creusement, en septembre 2004. Le chantier de la NLFA (Nouvelle ligne ferroviaire alpines) est construit par la BLS AlpTransit AG. (KEYSTONE/Martin Ruetschi)

Creuser un tunnel, c'est ériger une montagne de déchets ultra-toxiques

2e épisode de notre polar alpin, où tout est vrai, hélas. Résumé de l'épisode précédent: le Bernois Stefan Linder a découvert la source probable des déchets ultra-toxiques qui ont tué des milliers de truites de sa pisciculture et changé la couleur des eaux du lac Bleu. Il a des preuves et avertit la police. Une opération est montée pour prendre les pollueurs en flagrant délit. Mais au dernier moment, l'opération est annulée et c'est le lanceur d'alerte qui se retrouve menacé et poursuivi par la justice...

Publié le 04 octobre 2022 14:55. Modifié le 06 octobre 2022 17:12.

Stefan Linder tombe des nues. Il croyait jusque-là aider à démasquer un scandale environnemental, et c’est soudain lui qui est mis au pilori. Il se ressaisit vite: «Monsieur Bürgi, juste pour le procès-verbal, le drone ne pèse que 249 grammes et n’est donc pas soumis à la loi sur les drones. Vous pouvez d’ores et déjà supprimer ce point.» Roc Bürgi, membre de la police bernoise chargé des enquêtes pour les délits environnementaux et les accidents du travail, interdit à Linder de poursuivre ses investigations. La police s’occupera dorénavant de l’affaire.

Il faut fouiller le passé pour comprendre le présent, disait André Malraux. Plongeons-nous donc dans la construction des tunnels ferroviaires alpins de la NLFA, le chantier du siècle pour la Suisse, afin de comprendre comment les autorités et les entreprises du canton de Berne traitent la question des déchets et quel est le système qui se cache derrière.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter