Stefan Linder, co-propriétaire de l’hôtel et pisciculture Blausee AG lors de la conférence de presse à Berne en septembre 2020 où il a dénoncé la pollution du lac Bleu. (KEYSTONE/Peter Schneider)

«Crâneur, arriviste, motivé par l'argent»: le lanceur d'alerte du lac Bleu seul contre tous

Des acteurs de première importance sont mis en cause dans le scandale du lac Bleu: les sociétés Vigier et Marti, ainsi que des responsables politiques bernois. Ils ne vont pas se laisser faire. Ils menacent le propriétaire des truites mortes, Stefan Linder («Tu n’as aucune idée de qui tu te mets à dos et de notre puissance») et tentent de lui faire porter la responsabilité de la pollution. A force de s'entêter, celui-ci a perdu le soutien des habitants de la vallée mais n'en démord pas. Une enquête de police va finalement lui donner raison. Et l'encourager à tenter de bloquer le nouveau chantier du Lötschberg, un projet à plusieurs milliards actuellement en discussion au parlement suisse.

Publié le 11 octobre 2022 09:06. Modifié le 12 octobre 2022 11:25.

Pas besoin d’être Sherlock Homes pour savoir que la police procède par élimination. Dans l’affaire du lac Bleu, elle a cherché des causes alternatives au décès des poissons. Parmi les scénarios suivants, lesquels peuvent être exclus?

  • Blausee AG tue les poissons avec un cocktail d’aliments toxiques pour encaisser l’argent de l’assurance. A été vérifié, réponse: non.

  • Un ennemi de Blausee AG empoisonne la source à plusieurs reprises. Non, la police n’a trouvé aucun motif pour enquêter en ce sens, personne n’a été appréhendé.

  • Un camion de livraison transportant des substances chimiques a été victime d’un accident, la pluie a emporté les produits toxiques dans les bassins piscicoles. Non, entre 2018 et 2020, aucun incident de ce type n’a été constaté.

  • Trop de poissons dans les bassins, ils sont morts empoisonnés dans leurs propres excréments. A été vérifié, réponse: non.

  • En mangeant les poissons, des rapaces transmettent des germes aux truites. Possible, mais cela n’explique pas la présence de substances toxiques.

  • La température de l’eau était beaucoup trop élevée dans les bassins. Non, le débit est assez fort pour qu’aucune variation de température ne survienne.

En raison des mesures liées au coronavirus, Marti Tunnelbau AG a modifié les travaux dans le tunnel de faîte du Lötschberg à partir du 8 avril 2020 – l’évacuation des matériaux contaminés dans la carrière SHB a été arrêtée. Au cours des deux semaines qui ont suivi, 60 poissons sont morts par jour, c’est-à-dire le chiffre normal. Le 27 avril, l’assainissement du tunnel reprend. Le lendemain – c’est la vitesse à laquelle l’eau souterraine circule entre la carrière et la source du Blausee, selon une étude indépendante – le taux de décès des poissons double. Et cela jour après jour.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter