Charrue chinoise en fer, 1637 d'après Tien Kung Jai Wu

Charrue ou machine à vapeur? À quand remonte l'Anthropocène

Alors, ce fameux clou d’or du début de l’anthropocène, on le met où? Quand l'homme a-t-il vraiment commencé à transformer la planète d’un point de vue géologique? Des résultats suggèrent un démarrage bien antérieur à la Révolution industrielle.

Sur la route qui le ramène vers son laboratoire, entre le lac d'Annecy, où il vient de prélever des sédiments, et celui du Bourget, le géologue Jean-Philippe Jenny (voir épisode 1) jette un œil aux voiles des kitesurfs qui colorent la surface de l'eau. Le jeune chercheur songe à sa prochaine sortie sur l'eau. Il se félicite de vivre dans une région où les lacs baignent les reliefs montagneux, et où l’urbanisation semble vite céder le pas à la nature. Pourtant, il sait que ces chemins, ces forêts, ces rives, font partie d’un monde profondément transformé par les activités humaines. Et depuis longtemps. Il le lit dans les carottes prélevées au fond des lacs.

«On peut dire que l’Anthropocène a commencé dans la dernière partie du 18e siècle, époque dont les analyses de l’air emprisonné dans les glaces polaires montrent qu’elle a connu une augmentation des concentrations de dioxyde de carbone et de méthane à l’échelle du globe», écrit le Prix Nobel Paul Crutzen en 2002, au moment où il lance le concept d'Anthropocène (voir épisode 1). «Cette période coïncide aussi avec l'invention de la machine à vapeur de James Watt en 1784», poursuit-il dans son fameux article «Géologie de l'humanité» (Nature). Toutes les unités du calendrier géologique –  ère, période, époque ou étage –  sont définies par leur base, autrement dit leur commencement, et se termine avec la définition de la base de l'unité suivante. Ainsi l'époque de l'Holocène commence avec la fin du dernier épisode glaciaire et la remontée des températures. Elle succède – et met fin–  au Pléistocène.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous