A gauche, le dodo, désormais éteint, à droite le coq doré, ancêtre sauvage du poulet moderne | McGill Library (à gauche) / Domaine public (à droite)

Adieu le Dodo, vive le poulet

Les animaux laisseront aussi une trace géologique qui reflète notre influence sur la planète. Ceux qui disparaissent des strates, comme le dodo, ceux qui deviennent abondants et omniprésents, comme le poulet. Mais aussi ceux qui ont changé pour survivre à notre prédation: éléphants nés sans défense ou poissons adultes devenus plus petits pour passer entre les mailles du filet. Les futurs paléontologues découvriront parmi les fossiles de brusques évolutions.

Il était une fois un oiseau de grande taille, au bec courbé, cousin géant du pigeon, qui vivait dans les forêts d'une île de l'océan Indien. Trop lourd pour voler, il fit la joie des premiers explorateurs européens de cette île, marins en quête d'aliments frais pour échapper au scorbut. De leurs navires ont aussi débarqués cochons, chats ou singes, amateurs d'œufs ou d'oisillons. Avant que les naturalistes n’aient eu le temps d'étudier ce fascinant volatile, il avait disparu. Il fallut moins d'un siècle après sa première rencontre avec les voyageurs pour que le dodo, ou dronte de l'île Maurice, disparaisse, à la fin du 17ème siècle. Aujourd'hui, les rares squelettes fossilisés de dodo présentés dans les musées sont les porte-drapeaux des espèces éteintes ou menacées d’extinction par notre faute.

Une fois informé de notre part de responsabilité dans la disparition rapide du dodo, ou Raphus cucullatus, le visiteur contrit ira peut-être déguster un poulet rôti ou avaler des nuggets en sortant du musée. En se disant que cet animal-là, au moins, n'est pas menacé. Cependant, l'histoire du coq doré asiatique devenu le prolifique poulet domestique Gallus gallus domesticus est tout aussi emblématique de l'action des humains sur la biodiversité de la planète. Prédation, domestication, homogénéisation, invasions se combinent pour donner à la faune de l'Anthropocène des caractéristiques qui la distingueront, une fois fossilisée, des strates précédentes.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous