Détail sur une porte de Poschiavo et un lis martagon, fleurs qui peuplent le paysage. Photo de Serge Enderlin

Val Poschiavo, le secret des confins

En partant des rives du Léman, on ne peut pas aller plus loin en Suisse par la route sans quitter le territoire. Peu fréquentée, cette vallée italophone des Grisons reculée est une expérience sensorielle.

Il existe un problème grison, et pas des moindres. Pas moins de cent cinquante vallées et pas une seule pour se montrer carrément repoussante et décourager le visiteur. Laquelle choisir en redescendant d’Arosa? C’est à ces affres que nous songeons par un matin de brouillard, en observant depuis le balcon de l’hôtel un absurde monolithe de béton posé au beau milieu de la station, témoignage incongru d’un temps révolu. La patinoire. Un temple, résidu de l’époque où le HC Arosa fut la meilleure équipe de hockey de la Confédération, la dernière fois c’était en 1982. Un des clubs les plus titrés du pays : dans les années cinquante, on venait ici la peur au ventre, dans l’attente de la dérouillée inéluctable ; elle viendrait s’ajouter à un voyage interminable qui avait déjà lessivé les organismes. On n’y vient plus, ou alors de moins loin. L’équipe végète depuis quatre décennies en première ligue.

Pédaler au bord du lac de Sils en Engadine.jpeg
Pédaler au bord du lac de Sils en Engadine. Photo de Serge Enderlin

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.