Au glacier d’Aletsch, la triste disparition de la perche à selfies

Remontons le Tessin en coup de vent, avant de basculer en Valais. Pour vérifier si l’un des principaux monuments naturels du pays, classé au patrimoine mondial par l’UNESCO, attire toujours les foules malgré un virus qui refuse d’abandonner la partie.

Les brassées d’air tiède se réchauffent au fur et à mesure de la descente. Les gouttes de transpiration sous le casque cherchent une sortie. Et encore un virage en épingle à cheveu à prendre au ralenti, les mains moites crampées sur les poignées de frein pour ne pas prendre trop de vitesse; surveiller la trajectoire pour ne pas faire connaissance avec la balustrade comme mardi dernier. Et cette caravane néerlandaise devant qui se traîne dans les lignes droites, pourquoi donc les Bataves doivent-ils à tout prix voyager avec leur maison?

Ce n’est pas que la Suisse soit grande, on sait bien que ses 41'285 km2 de superficie ne représentent que six départements français, ce qui ne veut rien dire, à y réfléchir, mais à force de traîner dans les moindres recoins, elle a fini par le devenir pour nous, grande, la Suisse, d’autant plus que, si on la dépliait, les distances seraient énormes! On ne déplie jamais les pays, mais on devrait parce qu’un grand pays plat et géomorphologiquement simple ne devrait pas compter davantage qu’un petit pays escarpé.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous