Personne ne veut plus de toi

Aurelie Martin-Achard est à Genève. Wannabe surfeuse, ex avocate-stagiaire dont l’examen du barreau, sans surprise, a été reporté. Entre deux dispositions légales et son inscription au chômage, elle écrit et tourne des boutons sur son nouveau synthé. «Persuadée d'être douée, j'en ferai mon plan B», dit-elle.

Depuis ma forteresse construite de papier toilette et de pâtes, je les observe.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.