Nuit blanche

Le paradoxe Covid

Melvine Gangath, née quelque part où les difficultés du quotidien sont balayées par la chaleur humaine, écrit depuis le 3,5 pièces genevois qu'elle partage avec un "non-contaminé", un véritable luxe en cette période de confinement. Choisit la contrainte comme source de créativité et Covid y est pour quelque chose. Business analyste le jour, elle essaie de vaincre le syndrome de la page blanche la nuit.

Publié le 07 mai 2020 09:36. Modifié le 14 mai 2020 10:42.

La percée du philosophe André Comte-Sponville dans les médias m’a interpellée. Ce dernier a fait le buzz pour sa position à contre-courant concernant les conséquences du confinement et du “sacrifice” des jeunes. J’ai donc choisi de faire de son intervention ma contrainte, car certains aspects de son témoignage méritent à mon sens une attention toute particulière. Vous trouverez l’objet de ma réflexion en bas de page, bonne lecture !

La diversité renforce la capacité de résilience, mais nous tendons dangereusement vers l’uniformisation.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter