Une photo de mon ami L-P Tessier

Covid l’enchanteur

Melvine Gangath, née quelque part où les difficultés du quotidien sont balayées par la chaleur humaine, écrit depuis le 3,5 pièces genevois qu'elle partage avec un "non-contaminé", un véritable luxe en cette période de confinement. Choisit la contrainte comme source de créativité et Covid y est pour quelque chose. Business analyste le jour, elle essaie de vaincre le syndrome de la page blanche la nuit.

Je vous propose un nouveau tour, une analyse de notre actualité à travers le champ lexical de ce grand art qu’est la magie. Alors suivez-moi dans ce monde fantastique et laissez-vous ensorceler par le pouvoir des mots.

Cette période de confinement surnaturel nous offre l’occasion d’invoquer nos souvenirs en faveur d’une rétrospective de l’année 2019. Notre société est un tourbillon dans lequel la vitesse et la routine nous hypnotisent, maintenant que Covid nous a ensorcelés comme par enchantement, nous voilà prêts à invoquer les esprits afin qu’ils conjurent le sort.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous