Keystone

Communication virale

Flora Fischer est médecin spécialiste en dermatologie et vénéréologie. Elle est installée en cabinet libéral à Paris depuis plus de 10 ans. Elle est ancienne interne et ancien assistant des hôpitaux et ancienne attachée des hôpitaux. Elle est également auteure du blog Les billets d'humeur du docteur ainsi que de l'essai La médecine dans la peau à paraître chez Robert Laffont.

Publié le 07 avril 2020 14:03. Modifié le 08 avril 2020 14:14.

Trois jours après le début du confinement, j’ai senti brutalement mon cœur se serrer et ma respiration s’accélérer à tel point que j’étais concentrée dessus. J’ai cru à un infarctus du myocarde. Et puis, un cortège de signes fluctuant d’un jour à l’autre qui ne s’intégraient dans rien de connu : fièvre, courbatures atroces, perte complète du goût et de l’odorat, soif… Certains perdurent encore aujourd’hui.


Le test de dépistage a confirmé la présence de Coronavirus dans le nasopharynx. J’ai eu des moments très difficiles avec des quintes de toux, une fatigue incroyable m’obligeant à dormir plus de la moitié de la journée, des épisodes de confusion, la peur de m’étouffer.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter