Lizzy Hawker à Davos en 2010. (Photo: KEYSTONE/Ennio Leanza)

Lizzy Hawker, une femme au bout de l’endurance

De plus en plus de femmes brillent au firmament du trail. Lizzy Hawker en a fait partie. Elle a tout gagné ou presque pendant une décennie, explorant les limites de son corps. Un jour, le corps a dit stop et Lizzy s’est mise à explorer son âme.

Publié le 06 septembre 2019 13:20. Modifié le 20 novembre 2019 10:53.

L’ultra-trail est une planète à part qui possède deux langues. Deux façons de raconter, selon que l’on appartient à l’une ou l’autre des familles d’ultra-terrestres: d’un côté, les rescapés qui ont frôlé mille morts et racontent leurs résurrections; de l’autre, ceux pour qui tout semble presque facile, droite, gauche, un pied devant l’autre, un ultra après l’autre. D’un côté des revenants, de l’autre, ceux qui sont toujours prêts à repartir…

Lizzy Hawker, née à Londres il y a 43 ans, fait sans aucun doute partie de la seconde catégorie. C’est la plus grande championne de la jeune histoire de l’Ultra-trail du Mont-Blanc, qu’elle a remporté cinq fois entre et 2005 et 2012, presque toujours dans les vingt premiers au «scratch», le classement général. Aucun homme n’a remporté l’UTMB plus de trois fois, pas même Kilian.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous