De g. à dr.: Romano Hasenauer, David Donneaud et Rafael Rodriguez, le trio à la tête de l’Auberge de l’Abbaye de Montheron. | Crédit: Auberge de l'Abbaye de Montheron

A Montheron, «ce n’est pas le chef qui fait le menu, c’est la forêt et le marché»

Au menu de ce nouvel épisode de notre série consacrée à celles et ceux qui nous nourrissent: un chef espagnol, un lieu magique, une étoile verte qui aimante et une réflexion écoresponsable qui confine à l’obsession. A Montheron, c’est un peu la rencontre de la créativité espagnole et du Talent vaudois. Venez, on vous emmène manger en forêt!

Publié le 14 octobre 2022 14:00. Modifié le 21 octobre 2022 10:04.

Entrée

Le bois du Jorat, plus grande forêt du plateau suisse, est là devant nous. Il faudra bien s’y enfoncer pour rejoindre, à pied, l’Auberge de l’Abbaye de Montheron. La balade aiguise les sens et l’imposante bâtisse de 1142 se dévoile au détour d’un virage. Le Talent coule paisiblement en contrebas en ce début d’après-midi. Le service de midi touche à sa fin, les derniers clients finissent leur café, le soleil illumine la salle boisée et sa paroi de papillons naturalisés.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter