Les Explorations

6 épisodes

Quand l'informatique suisse se met au vert

En termes d’empreinte carbone, regarder des films en streaming équivaudrait à émettre l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre de l’Espagne. Et encore, c’était en 2019, avant la pandémie qui a fait exploser la pratique tout en généralisant par ailleurs l’usage de la visioconférence. Bitcoin de son côté entraînerait des émissions de C02 plus importante que l’Italie. Vraiment? Bien sûr, cela a beau être invisible ou presque – que celui qui n’a pas couru en quête d'une prise pour recharger son smartphone lève la main –, le numérique consomme de l’électricité. Et celle-ci n’est de loin pas toujours produite sans brûler du charbon ou du gaz. On estime que les émissions mondiales du numérique représentent 4% du total. C’est plus que le transport aérien... et c’est en forte croissance. Mais, au-delà des gros titres catastrophistes, qu’en est-il réellement? L’équipe d’Heidi.news s’est plongée dans cette question pour le vérifier mais aussi découvrir que nombre d’entreprises spécialisées en sont de plus en plus conscientes et développent des solutions. Depuis les gros data centers jusqu’aux petits réparateurs de quartier, l’informatique durable – ce qu’on appelle parfois le Green IT – est un secteur économique émergent, donnant lieu à des innovations high-tech comme à des bricolages inventifs. C’est particulièrement vrai en Suisse romande. Du CSEM, héritier de la longue tradition de basse consommation électrique, à l’EPFL, en passant par la myriade de boutiques ouvertes par de petits entrepreneurs pour prolonger la vie de nos smartphones – et lutter contre l’obsolescence programmée –, des myriades de solutions se créent à Neuchâtel, Genève ou Sion. Y compris pour mettre l’informatique au service de la transition énergétique. Avec le soutien de la plateforme alp ict, de CleantechAlps ainsi que de l’Office de Promotion des Industries et des Technologies, Heidi.news vous embarque dans cette Exploration des solutions vertes qui se cachent derrière les écrans de nos smartphones et ordinateurs.