L'enterrement de l'avenir, dans le parc de la Planta, à Sion. Un événement organisé par Extinction Rebellion Valais. Photos: Niels Ackermann/Lundi13 pour Heidi.news
Acheter la revue imprimée

Cet obscur désir de catastrophe

Ce dernier épisode de notre reportage dans la Suisse de la fin du monde offre un raccourci saisissant. Que l’on soit hippie ou colonel, on se prépare à la même chose. Mais pas de la même manière. Pour le fameux Éminence Grise de l’armée suisse, l’essentiel est de savoir se défendre contre les agresseurs. Initiation dans un bunker de Morges. Pour les activistes d’Extinction Rebellion, l’essentiel est de freiner la destruction de la terre, par exemple en bloquant l’aéroport de Genève, avant de se rendre à la police. Tout va bien pour ces deux camps. Il ne manque qu’une chose: la catastrophe, qui est peut-être enfin arrivée...

C’est un jour important pour Niels et moi. Après avoir appris à s’assembler en tortue le mois dernier avec les militants d’Extinction Rebellion, nous allons aujourd’hui nous initier aux techniques de combat avec la brigade d’Éminence Grise, le colonel qui m’avait fait subir un interrogatoire avant de m’inviter à participer à son cours secret d’autodéfense. Au menu du jour: comment réagir face à l’arme blanche.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.