Judith Baumann. Photo © Eddy Mottaz

Judith Baumann, de la soupe de chalet à la spiritualité taoïste

Publié le 13 décembre 2019 11:46. Modifié le 20 décembre 2019 11:26.

Notre imaginaire collectif l’associe toujours aux saveurs sauvages. Celles pour qui on venait de loin, celles qui valurent une étoile Michelin à son restaurant gruérien des Mossettes. Mais un nouveau projet fait désormais vibrer Judith Baumann, qui l’entraîne avec nous du côté du Japon et de la Corée…

Judith ne connaît ni Maria Luisa ni même Hildegarde, les deux pionnières de la cuisine spirituelle que je vous ai fait rencontrer avec 1000 ans d’écart au cours des épisodes précédents de cette Exploration. Elles viennent pourtant, peut-être, du même paysage. D’un entre-deux fait de liberté et de sauvagerie, d’un monde d’étrangeté poétique, où la nature tient le premier rôle, envahit et dévore tout l’horizon…

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous