Yan Lopez tel qu'il apparaît dans une vidéo de Heidi.news en été 2020. Capture d'écran

Yan Lopez ou le délire d’un soi-disant guerrier de la pédocriminalité

Apparu en 2020 dans une vidéo de Heidi.news, c’est l’une des figures les plus controversées du mouvement complotiste franco-suisse. Yan Lopez a été employé de la RTS, qui a déposé plainte contre lui. Il a été condamné en France pour diffamation, outrage et usurpation d’identité. Les psys lui ont diagnostiqué un «délire persécutoire et mégalomaniaque». Mais celui qui prétend combattre la pédocriminalité est soupçonné d’entretenir un climat incestueux avec sa propre fille alors que des clés USB à contenus pédophiles ont été découvertes chez lui lors d’une perquisition.

«Violeur», «pédosataniste», «réseau pédophile». Imaginez que du jour au lendemain, ce soient les premiers termes qui vous sont associés lorsque l’on inscrit votre nom dans un moteur de recherche sur Internet. Puis imaginez que cette campagne calomnieuse soit menée simultanément sur de nombreux sites, relayée par plusieurs groupes et qu’il vous soit impossible de l’endiguer pendant des années. Voici l’interminable calvaire que traversent des dizaines de Français et Suisses ayant croisé la route de Yan Lopez, un Franco-suisse âgé de 54 ans dont le procès l’opposant à la RTS et un de ses cadres doit s’ouvrir à Genève en début 2022.

Itinéraire d’un agitateur

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!