La plaine du Grütli. | Keystone / Urs Flueler

Nés au Grütli et biberonnés aux thèses complotistes, les Amis de la Constitution font trembler Berne

Les Amis de la Constitution fédèrent plus de 20’000 membres et font trembler le Conseil fédéral avec leurs deux référendums contre la loi Covid en 2021. Né sur la plaine du Grütli en mai 2020, le mouvement est devenu une force politique qui compte. Entre le mythe fondateur et l’élan populaire actuel, l’association a pris ses distances avec les théories alternatives.

La table est garnie de documents de campagne contre la loi Covid. Le drapeau des Amis de la Constitution a été accroché au mur derrière le stand: une colombe sur fond rouge flotte au vent d’automne. Les traditionnels marchés du samedi accueillent désormais un nouvel acteur aux côtés des installations politiques habituelles. Les Amis – comme ils se surnomment entre eux – ne veulent pas s’afficher aux côtés d’un parti représenté à Berne. Et pour cause, ils sont contre ce qui se passe à Berne, du Palais au Conseil fédéral.

A la table du marché, des bénévoles discutent avec des citoyens sur les sujets qui fâchent et divisent une bonne partie de la population: vaccination Covid, passe sanitaire, pouvoirs estimés trop importants du Conseil fédéral, etc. Les mots «discrimination», «surveillance», «dictature», «complot», «résistance» et «contrainte» fusent. Réceptacle de l’opposition aux mesures sanitaires, les Amis de la Constitution canalisent et drainent les opposants de tous bords. Un passant favorable au certificat Covid passe à côté en exhibant son QR Code et en les traitant «d’anti tout». L’équipe reste stoïque et enchaîne: «on est juste des complotistes pour eux».

Cet article est réservé aux abonnés.